Les locataires ont découvert un trou béant dans le plafond de leur cuisine lorsqu'ils sont rentrés des festivités de la Fête nationale.

Une simple goupille de sécurité aurait pu éviter que le pneu d’un jet Falcon 10 se détache pour défoncer le toit d’une maison de l’arrondissement Saint-Laurent, dans la nuit du 24 juin, selon des experts rejoints jeudi par TC media.  

«Si la goupille de sécurité est installée sur la roue, il est impossible que celle-ci tombe, ce qui me laisse croire que c’était une erreur lors du montage de la roue. C’est la seule conclusion que je vois», explique Serge Rancourt, professeur à l’École nationale d’aérotechnique.

Il ajoute que même l’inspection journalière de l’appareil n’aurait pu prévenir l’accident. Un capuchon de métal recouvre la petite tige métallique qui retient l’écrou d’un pneu du train d’atterrissage. Selon M. Rancourt, «les appareils sont vérifiés une fois par jour, mais les techniciens ne commencent pas à lever tous les capuchons, c’est normal».

Le pilote Jean-Pierre Chambella croit aussi que c’est un problème mécanique qui serait à l’origine de l’incident. «L’écrou fini par se dévisser à cause des vibrations. La goupille doit donc être en place pour éviter ça habituellement. Dans ce cas-ci, ça serait de la négligence ou tout simplement un oubli. Mais c’est un incident qui n’est pas fréquent.»

John Cottreau, chargé des communications au Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) abonde dans le même sens. «En 13 ans, je n’ai jamais vu ça!», s’est-t-il exclamé lorsqu’il a été rejoint par TC media.

Fort heureusement, les locataires ainsi que le propriétaire du quadruplex seront couverts par leur assurance habitation. «Ce genre de dommage est couvert par les contrats de base. C’est considéré soit comme une chute d’un aéronef, ou comme un choc d’objets», a spécifié Caroline Phemius, conseillère en affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada.

L’incident

Mercredi, un peu avant deux heures du matin, l’avion en provenance de Cleveland  de la compagnie Club Jet immatriculé aux États-Unis, a perdu une roue alors qu’il était sur le point d’atterrir à l’Aéroport Montréal-Trudeau.

En tombant, le pneu de 18 pouces, soit l’équivalent d’une roue de voiture, a défoncé le toit d’un quadruplex de l’arrondissement Saint-Laurent situé à proximité de l’autoroute des Laurentides. Les locataires du logement étaient absents au moment de l’incident. Ils ont découvert un trou béant dans le plafond de leur cuisine lorsqu’ils sont rentrés des festivités de la Fête nationale. Le Service de police de Montréal a récupéré le pneu le lendemain matin.

Deux passagers se trouvaient à bord de l’appareil au moment de l’incident.  Personne n’a été blessé puisque le jet aurait atterri sans problème. Une situation normale pour Serge Rancourt. «Le train d’atterrissage est constitué de deux roues, donc s’il en perd une, il lui en reste une autre pour manœuvrer. Le pilote de l’avion n’a probablement rien senti. Il a même dû être surpris d’avoir perdu une roue.»

En atterrissant, le pilote du jet a affirmé qu’il avait une crevaison, avant que son appareil soit remorqué à un hangar de l’aéroport selon les informations rapportées par Radio-Canada.

Sécurité

C’est le deuxième incident lors d’un atterrissage à l’aéroport Montréal-Trudeau en un mois. Rappelons qu’un Boeing était sorti de piste le 5 juin en plein orage.

Les résidents ne craignent pourtant pas d’habiter sous un corridor aérien. «On se sent en sécurité à 95 %. C’est certains que des fois on a des drôles d’idées qui nous passent par la tête, des scénarios catastrophes parfois, avec tous les avions qui passent au-dessus de nous», a exprimé Morad Lounis, un résident du quartier.

Le BST enquête pour déterminer les causes de l’incident. «Nous allons inspecter l’avion et évaluer si une enquête approfondie mérite d’être ouverte», a signalé John Cottreau.

Ce n’est pas la première fois qu’un pneu se détache d’un avion Falcon 10. En 2010, une roue était tombée d’un appareil peu après son décollage de l’aéroport Flying Cloud à Minneapolis, selon les informations rapportées par la Gazette de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!