Afin d’aborder les enjeux locaux pendant la présente campagne électorale, TC Media a invité les candidats des principaux partis à présenter leur point de vue chaque semaine sur des enjeux locaux.

Cette semaine, nous voulions savoir si pour leur parti un citoyen devrait pouvoir voter visage couvert ?

Leur réponse, de maximum 150 mots, est publiée intégralement. La participation des candidats n’est pas obligatoire

Jimmy Yu, Parti conservateur

Prêter serment avec le visage couvert est complètement incompatible avec la nature publique de la déclaration, où les candidats s’engagent à accepter les responsabilités et les devoirs de la citoyenneté canadienne, dont l’observation fidèle des lois du Canada.

Seul un gouvernement conservateur réélu va présenter une mesure législative dans les 100 premiers jours de la prochaine législature afin d’assurer que les candidats à la citoyenneté ne peuvent pas prêter serment avec le visage couvert. Mais Justin et Thomas Mulcair ne sont pas du côté des Canadiens sur cette question.

Ils doivent expliquer à tous les Canadiens pourquoi ils pensent que quelqu’un devrait pouvoir cacher son identité au moment de prêter le serment de citoyenneté. La vision de Justin concernant le Canada, le rôle de Premier ministre et les défis qui s’y rattachent est naïve et complètement déconnectée de la réalité. Ce genre de décision est beaucoup trop compliqué pour Justin. Il n’est tout simplement pas prêt.

 

Alain Ackad, Nouveau parti démocratiqueAlain Ackad NPD

Les règles d’Élections Canada sont les mêmes pour tout le monde.

 Nous encourageons donc les gens de Saint-Laurent à aller voter et à respecter les procédures d’identifications mises en place par Élections Canada et contenues dans la loi électorale, telle que modifiée par les conservateurs.

John TrompJohn Tromp, Parti vert

Votre question est mal posée. Votre vraie question est sûrement: «Une citoyenne devrait-elle, selon vous, pouvoir voter à visage couvert?» Parce que ça c’est la base de la controverse à-propos de ce sujet. Ma réponse est simplement qu’aucune loi ne devrait dire aux femmes comment elles doivent ou ne doivent pas s’habiller.

Elizabeth May s’est prononcée contre la décision du gouvernement conservateur d’en appeler au jugement de la Cour fédérale, qui permettait aux femmes de prêter le serment de citoyenneté à visage couvert.

Mais si je vois une femme à visage couvert, c’est avec tristesse. Pendant l’essentiel de notre histoire, les femmes ont été traitées comme des citoyennes de deuxième classe. Jusqu’à il y a 75 ans, quand les femmes du Québec ont finalement gagné le droit de voter. Alors, je comprends le point de vue opposé, qui considère le visage couvert comme un recul.

Pascal-Olivier Dumas-Dubreuil, Bloc québécoisBloc Québécois

Je suis fermement attaché à la diversité culturelle au Québec. Si le Bloc se bat pour la protection de son identité, c’est également pour assurer la diversité culturelle en Amérique du Nord.

Nous sommes également profondément attachés à l’égalité homme-femme. Bien que la question du niqab (voile intégral) ne touche qu’une mince partie de la population canadienne et que cette pratique ne représente qu’une infime branche de l’islam, la question reste majeure, mais certainement délicate.

Au Bloc Québécois, nous n’acceptons pas que des femmes s’effacent de la société pour des raisons culturelles. La cérémonie d’assermentation citoyenne est un moment d’une importance capitale dans la vie d’un-e citoyen-ne, le moment où il peut prendre part aux débats communs.

Nous refusons que des femmes soient exclues de cette démarche. Le niqab est l’un des plus forts signes d’asservissement des femmes, c’est pourquoi nous ne légitimons pas cette pratique.

Stephane DionStéphane Dion, Parti Libéral

Honte au Bloc et aux Conservateurs qui divisent la population en inventant des faux problèmes. En toute cohérence, ils devraient aussi exiger l’interdiction du vote par correspondance!

La vérité est que l’identification des électeurs ne pose pas de difficultés au Canada. La loi prévoit que « s’il a des doutes raisonnables sur la qualité d’électeur d’une personne qui a l’intention de voter, le scrutateur, le greffier du scrutin, le représentant du candidat ou le candidat lui-même peut lui demander de prêter le serment prescrit.

La personne n’est admise à voter que si elle prête le serment. » C’est clair, non? On a assez de problèmes comme ça sans s’en inventer de toutes pièces. Vivement un gouvernement qui s’occupe d’économie, d’emplois, de justice sociale, d’environnement, du rôle du Canada dans le monde. Vivement un Premier ministre qui nous rassemble au lieu de nous diviser. Vivement Justin Trudeau!

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!