Rien ne laisserait présager que, sous les traits du «vieux Apocalypse», un mutant dans X-Men: Apocalypse, se cache Berdj Garabedian, courtier immobilier à Saint-Laurent depuis 32 ans. Des impressionnants décors aux particularités de son costume, il partage son immersion d’une semaine dans la franchise de science-fiction.

Chaque jour, aux Studios Mel’s, qui ont accueilli le tournage à Montréal l’été dernier, les maquilleurs utilisaient de nouvelles pièces de silicone qui arrivaient directement de Los Angeles pour transformer le visage de M. Garabedian en mutant de l’ancienne Égypte.

«Pour aller à la salle de bains, il fallait aviser au moins 20 minutes avant, car plusieurs pièces, très pesantes, étaient montées directement sur moi», explique-t-il.

X-Men Berdj Garabedian (4)Avec trois heures de maquillage chaque jour et un sosie réalisé en lifecasting pour les scènes de destruction, le figurant de 70 ans, qui a notamment joué dans Le Violon rouge et la série Trauma, a découvert un nouveau genre de tournage.

«Je n’ai jamais pensé me voir en état de cadavre, le sosie était vraiment identique et faisait le même poids. Quand j’ai vu le corps pendu dans l’atelier, mon Dieu, je me suis dit, « c’est moi qui suis mort! ». C’est impressionnant, surtout à mon âge», raconte-t-il.

Les journées étaient intenses, jusque 14h de tournage de suite avec son lourd costume. Il est lui-même étonné d’avoir réussi à tenir le coup, tout en qualifiant son expérience d’impressionnante.

«À la moitié de la première journée, je ne savais pas si j’allais pouvoir continuer. Mais, étrangement, une force surnaturelle est venue… c’est l’adrénaline, je ne sais pas ce que c’est. Ma conjointe me disait que j’étais une autre personne», confie M. Garabedian.

Passionné
Plus de vingt ans de figuration ont mené M. Garabedian à ces quelques minutes dans X-Men. Si son métier de courtier immobilier demeure sa priorité, c’est un amoureux d’arts. Il a aussi été musicien pendant plus de quarante ans.

Pour ce cinéphile canadien de souche arménienne, né en Égypte, la curiosité de se transformer en quelqu’un d’autre nourrit sa passion pour la figuration.

«Ça me faisait chaud au cœur d’être dans un film de cette envergure. C’est quelque chose», confie M. Garabedian.

Même s’il compte plusieurs films à son actif, ses proches croient à une blague lorsqu’il raconte avoir participé à ce blockbuster.

De plus, son fils est aussi figurant à ses côtés. Pur hasard, il fait partie d’une foule d’adorateurs qui vénèrent le «vieux Apocalypse», soit son propre père.

X-Men: Apocalypse, en salle ce vendredi.

Synopsis

En 1983, Apocalypse, le tout premier mutant de l’histoire, se réveille d’un sommeil de plus de 5000 ans dans le but d’anéantir l’espèce humaine.

Le film débute par la scène de transfert de ce premier mutant, joué par Berdj Garabedian, dans le corps d’un mutant plus puissant, interprété par Oscar Isaac (Ex Machina, Stars War VII). Le premier corps, soit celui de Berdj Garabedian, est brûlé.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!