Ce samedi, les autorités de Saint-Laurent prendront part au mouvement mondial pour l’environnement «Une heure pour la Terre» pour une huitième année consécutive. Les autorités éteindront les lumières des édifices publics et invitent les Laurentiens et Laurentiennes à emboiter le pas.

«Une heure pour la Terre» a pour mission de sensibiliser les communautés au sujet des changements climatiques et
à quelques mois de la négociation d’un nouvel accord mondial sur le climat, les citoyens sont appelés plus que jamais à poser ce geste symbolique.

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, invite donc tous les résidents et les entreprises du territoire à participer au mouvement en fermant leurs lumières, de 20 h 30 à 21 h 30, le samedi 28 mars.

«La lutte aux changements climatiques étant une préoccupation autant des résidents que de l’administration laurentienne, il importe de demeurer vigilants face à cette problématique et de démontrer en cœur notre soutien », souligne le maire De Sousa.

Un geste pourvu de sens
C’est en 2007, à Sydney en Australie, que le mouvement « Une heure pour la Terre » a été initié par le Fonds mondial pour la nature (WWF).

«À ce jour, six continents, 120 pays et 24 fuseaux horaires seront unis en tant que communauté mondiale pour se faire entendre à travers l’action individuelle d’éteindre les lumières”, peut-on lire sur le site du WWF Canada.

Les résidents peuvent en savoir plus ou s’inscrire à titre de participants ici.

Aussi dans Communauté :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!