Getty Images/Creatas RF

Il faudrait quadrupler le nombre de personnes inscrites au Guichet d’accès à un médecin de famille dans la région de Montréal pour atteindre les objectifs provinciaux du ministère de la Santé et des Services sociaux, selon des données dévoilées par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a établi à 85% la cible de prise en charge par un médecin de famille, à l’échelle de la province. En janvier 2017, le taux d’inscription à Montréal variait de 53% à 67%. Pour atteindre le seuil souhaité par Québec, il faudrait que 444 175 Montréalais additionnels s’inscrivent. Or, ils sont moins de 110 000 à être enregistrés au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF).

«Des patients orphelins dans la région de Montréal pourraient être abandonnés par le système. Le ministre doit immédiatement corriger le tir. Gaétan Barrette doit reconnaître les failles de sa réforme et agir en conséquence», demande François Paradis, porte-parole de la CAQ en matière de santé, afin que les patients qui cherchent et désirent un médecin de famille puissent véritablement en trouver un.

Jean-Pierre Dion, de la Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ), estime que la CAQ devrait cesser de se faire du capital politique sur le dos des médecins et des patients.

Le ministre Barrette rappelle que la cible d’inscription de 85% en est une provinciale et que les médecins se sont engagés à atteindre l’objectif gouvernemental.

«Il reste neuf mois aux médecins et mathématiquement selon nos évaluations, les ressources sont suffisantes pour qu’ils atteignent l’objectif. Dans le cas contraire, les pénalités de la Loi 20 s’appliqueront. Ce sont aux médecins à accélérer la cadence et à respecter l’entente qu’ils ont signée.»

Encore faut-il que les patients s’inscrivent au GAMF.

«À Montréal, la situation est plus difficile, admet M. Dion. La population bouge davantage et elle est plus jeune. On retrouve également plusieurs personnes du 450 qui s’inscrivent à Montréal alors qu’elles habitent en région, ce qui fausse les données.»

Le facteur immigration a aussi un impact non négligeable. Les nouveaux arrivants doivent attendre une période de carence de six mois avant d’obtenir leur carte d’assurance maladie.

Leur intégration aux services de santé est plus longue et a un effet sur les statistiques, note M. Dion.

Ce dernier invite la CAQ à souligner les améliorations notables qui ont été faites.

«Passer d’un taux de prise en charge de 67% à 85% avec un taux d’assiduité de 80% en un peu plus de deux ans est un exploit. C’est ce que les médecins de famille réaliseront d’ici la fin de 2017. Et à moyen terme, la situation continuera de s’améliorer.»

Est de Montréal
Dans l’est de Montréal, les besoins en médecins de famille demeurent criants par rapport à l’ouest de Montréal. La pénurie de médecins est réelle et sévère, particulièrement dans l’extrême est de l’île, soit à Pointe-aux-Trembles et dans Mercier-Est, fait savoir le porte-parole de la Fédération des omnipraticiens du Québec.

«La répartition des nouveaux effectifs médicaux dans l’est de Montréal représente un défi important», renchérit Sylvain Lemieux, directeur général adjoint au programme de santé physique générale et spécialisée du CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal.

«Malgré tout, les médecins de l’est de Montréal inscrivent plusieurs dizaines de milliers de patients. Nous sommes persuadés que nos initiatives, réalisées en collaboration avec la Direction régionale et le ministère, amélioreront l’accès à un médecin de famille et la prise en charge de la clientèle de l’Est en attente sur le GAMF», ajoute M. Lemieux.

L’ouverture de nouvelles cliniques médicales, comme celle prévue pour ce printemps dans Mercier-Est, devrait contribuer à améliorer la situation. De 6000 à 7000 nouveaux patients pourront être vus sur une base hebdomadaire.

 

 

Territoire % de la population inscrite auprès d’un médecin de famille Patients à inscrire pour atteindre la cible de 85 % selon la RAMQ Patients inscrits au Guichet d’accès à un médecin de famille
Pierrefonds – Lac – Saint-Louis 66,9 % 38 918 8817
Dorval – Lachine – LaSalle 66,2 % 25 712 5922
Verdun – Côte Saint-Paul – Saint-Henri – Pointe-Saint-Charles 65,6 % 28 362 6521
Rivière-des-Prairies – Anjou – Montréal-Est 63,2 % 42 196 13 132
Hochelaga – Mercier-Ouest – Rosemont 59,2 % 43 978 17 362
Saint-Léonard – Saint-Michel 53,3 % 41 368 9507
Côte-des-Neiges – Parc-Extension 56,3 % 58 335 7080
RLS de Côte-Saint-Luc – NDG – Montréal-Ouest 66,2 % 22 115 3132
Faubourgs – Plateau-Mont-Royal – Saint-Louis-du-Parc 57,5 % 37 245 9549
RLS du Nord de l’île – Saint-Laurent 59,5 % 37 777 6862
Petite-Patrie – Villeray 56,9 % 28 798 9535
Ahuntsic – Montréal-Nord 60,3 % 39 371 12 317
Montréal 61,1 % 444 175 109 736

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!