SPVM Photos d'identités judiciaires des hommes dans la vingtaine arrêtés mercredi le 7 juin 2017 à Montréal

Arrêtés le 7 juin, huit présumés membres d’un gang sympathisant des «Bloods», aussi connu sous le nom des «Rouges», ont comparu à la Cour du Québec jeudi pour de nombreux chefs d’accusations reliés à des crimes violents survenus sur le territoire de la ville de Montréal.

Les hommes, tous dans la vingtaine, sont accusés d’avoir participé à plusieurs crimes violents, possiblement commandés par la mafia italienne, selon la police. Parmi la longue liste d’accusations, on en compte une pour meurtre et trois pour incendies criminels. On reproche également aux présumés membres de gang de rue une invasion de domicile, de la fraude, un vol qualifié et la possession d’une arme à feu prohibée.

Les huit coaccusés ont défilé l’un après l’autre par vidéo-comparution devant la juge Geneviève Graton. La majorité est détenue de façon provisoire dans les prisons de Bordeaux et de Rivière-des-Prairies. Un neuvième avait déjà été libéré sous promesse de comparaître le 31 juillet.

Cinq perquisitions ont eu lieu en parallèle aux arrestations dans quatre quartiers de la ville, c’est-à-dire Hochelaga-Maisonneuve, Rivière-des-Prairies, Montréal-Nord et Cartierville. Les forces de l’ordre ont saisi deux armes à feu, deux chargeurs, des munitions, un silencieux artisanal, un pistolet à décharge électrique, plusieurs cellulaires ainsi que du matériel électronique.

L’enquête «Mazout» a mobilisé plusieurs divisions du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), dont la Section des crimes majeurs, l’unité des Incendies criminels, l’Antigang ainsi que le poste de quartier 39, situé à Montréal-Nord.

Meurtre et incendie
Les neuf hommes dans la vingtaine auraient été impliqués dans sept dossiers de crimes violents. Parmi ceux-ci, le meurtre d’Angelo D’Onofrio, tué par balle le 2 juin 2016 au café Sinatra, dans le quartier Ahuntsic. Ebamba Ndutu Lufiau et Jeff Joubens Theus sont accusés de ce meurtre. Il s’agirait, selon la police, d’une erreur sur la personne. La victime avait 72 ans.

Un des trois incendies criminels est celui survenu à la fin avril de cette année à St-Léonard. La cible était le Complexe Funéraire Loreto, supposément lié au clan Rizzuto du crime organisé italien.

Huit des neuf co-accusés seront de retour devant les tribunaux le 19 juin pour leur enquête sur remise en liberté.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!