Une journée portes ouvertes dans les centres de formation professionnelle de l’est de Montréal s’est déroulée le 7 novembre avec l’ambition de faire découvrir des métiers manuels parfois peu considérés, mais aux perspectives d’emplois importantes et à la rémunération intéressante.

 

Six centres de formation répartis sur le territoire de l’est de Montréal et gérés par la Commission scolaire de la Pointe de l’île (CSPI) offrent des apprentissages aussi variés que les métiers de la métallurgie, de l’imprimerie, de la cuisine, de la plomberie ou de l’aide à la personne.

«Il y a 35 programmes différents», explique le directeur de la formation professionnelle au sein de la CSPI, Alain Bouchard, mais les perspectives qu’ils offrent ne sont pas encore reconnues comme elles devraient l’être.

«Il y a une certaine évolution, mais pas encore au point où on voudrait qu’elle soit», juge-t-il. «Quand on regarde l’économie québécoise, les besoins, les départs à la retraite, on a besoin de ces métiers et un plombier ou un machiniste, ça gagne très bien sa vie», ajoute Alain Bouchard.

À la sortie de sa formation, un élève peut espérer «17, 18, 20$ de l’heure» et le taux d’emploi s’approche «toujours du 100%, tant que la personne comprend qu’il va commencer en bas de l’échelle, comme tout le monde au début».

Un travail de promotion en cours et nécessaire

Malgré les avantages et la forte probabilité de trouver un emploi, il demeure encore délicat de mettre en avant ces métiers.

«Les gens veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs enfants et, culturellement, le chemin vers l’université, c’est mieux. Pourtant, si on avait juste des universitaires, les médecins opéreraient dans le stationnement parce qu’il n’y aurait pas d’hôpitaux», rappelle Alain Bouchard, qui veut aussi mettre à mal l’idée que la formation professionnelle est avant tout une porte de sortie pour les élèves les moins doués dans le cursus scolaire.

«Quand on observe les formules mathématiques dans les techniques d’usinage ou dans la métallurgie, cette notion ne s’applique pas, mais l’idée demeure», regrette le cadre de la CSPI, qui assure «travailler fort» pour faire tomber ces préjugés.

Ce travail commence cependant à porter ces fruits puisque Guy Lamoureux, le directeur du centre Anjou, observe l’arrivée d’élèves «plus jeunes» qu’avant.  «On a une proportion d’élèves qui sont jeunes et qu’on n’avait pas avant», acquiesce M. Bouchard, qui assure aussi que les centres sont en capacité de former encore plus de monde.

Des étudiants s’ouvrent de nouvelles perspectives

 

Denis

À 56 ans, Denis a décidé de «changer de carrière», après avoir œuvré plusieurs décennies dans la fabrication de vélo. Il a intégré la formation en technique d’usinage il y a «environ 6 ou 7 mois» et il est ravi de son choix.

«J’ai toujours aimé travailler le métal, la mécanique, mais je voulais un métier plus payant et qui fasse évoluer ma carrière», explique-t-il.

Après sa formation, il envisage de poursuivre avec une spécialisation.

«Ç’a été difficile de retourner aux études après 35 ans, mais finalement ça va super bien», se réjouit-il.

Il demeure très confiant sur son futur professionnel.

 

Sébastien

Après la perte de son emploi de responsable d’entrepôt en raison du déménagement de la compagnie, Sébastien a opté pour une formation professionnelle en technique d’usinage. «Je suis ici depuis le mois de février et ça va super bien», s’enthousiasme-t-il.

«J’invite vraiment les gens à découvrir ce monde parce qu’on travaille dans de très bonnes conditions et le marché est très ouvert», assure Sébastien.

«Les jeunes qui finissent le secondaire, s’ils peuvent faire ce cours, à 20 ans, ils sont machinistes et je peux vous dire qu’ils ont un bel avenir, tant financier que professionnel».

 

Les formations disponibles dans l’est de Montréal

Centre Anjou

Soudage-montage, opération d’équipements de production, soudage haute pression, technique d’usinage, usinage sur machines-outils à commande numérique.

 

Centre Antoine de Saint-Exupéry

Assistance à la personne en établissement de santé, assistance à la personne à domicile, coiffure, électromécanique de systèmes automatisés, épilation à l’électricité, esthétique, réparation d’appareils électroménagers.

 

Centre Calixa Lavallée

Boucherie de détail, boulangerie, comptabilité, cuisine, cuisine du marché, imprimerie, infographie, lancement d’entreprise, pâtisserie, reprographie et façonnage, secrétariat, service de la restauration.

 

Centre Daniel Johnson

Comptabilité, mécanique automobile, plomberie et chauffage, réparation d’appareil au gaz naturel, représentation, secrétariat, secrétariat juridique, secrétariat médical, vente-conseil.

 

Centre de formation des métiers de l’acier

Chaudronnerie, fabrication de structures métalliques et de métaux ouvrés, montage structural et architectural, pose d’armature du béton.

 

Centre régional de formation à distance

Comptabilité, lancement d’entreprise, secrétariat

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!