Isabelle Bergeron/TC Media Manifestation contre l'austérité à l'Institut de cardiologie de Montréal.

Plusieurs employés de l’Institut de cardiologie de Montréal ont manifesté, mercredi, devant l’établissement de santé, pour dénoncer les mesures d’austérité du gouvernement libéral.

Des compressions de 6M$ sur 5 ans ont été demandées à l’institut, ce qui fait craindre au Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’Institut de cardiologie de Montréal (STTICM), une dégradation des services à la population.

«Nous avons eu une discussion avec la direction des ressources humaines, il y a une semaine. On nous a assuré que les emplois seraient maintenus pour l’année 2015. C’est rassurant, mais on ne peut pas retrancher 6M$ au budget sans couper dans les services. Nous comptons avoir l’œil ouvert afin d’éviter que la population écope», indique Daniel Martin, président du STTICM.

L’Institut de cardiologie de Montréal n’a pas été fusionné avec d’autres établissements de santé dans la Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé. Il est devenu un établissement autonome suprarégional, au même titre que le Centre hospitalier de l’Université de Montréal, le Centre Universitaire de santé McGill et le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Cependant, le syndicat pense que le personnel sera tout de même affecté. «Il faudra atteindre les exigences budgétaires. C’est une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. On veut être les chiens de garde de la population, car pour le moment les citoyens ne se rendent pas encore compte des impacts que cela aura», estime M. Martin.

Sollicitée, la direction de l’Institut de cardiologie de Montréal n’avait pas encore réagi, mercredi soir.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!