Isabelle Bergeron/TC Media Stéphane Fortin a perdu son fils il y a un an de la leucémie.

Après la mort de son fils Philip de la leucémie, Stéphane Fortin décide de faire quelque chose pour qu’un jour, plus aucun enfant n’ait le cancer. Pour la deuxième fois, ce quadragénaire enfourchera son vélo, les 7 et 8 juillet, pour franchir les 300 km qui séparent Québec à Boucherville.

Les six dernières années ont été difficile pour la famille Fortin. À l’âge de 10 ans, Philip a de graves problèmes de fatigues. Après un an et demi, il découvre qu’il souffre de narcolepsie et de cataplexie, un trouble du sommeil chronique. Alors qu’il retrouve lentement un rythme de vie normal, un nouveau diagnostic tombe, il souffre de leucémie lymphoblastique aiguë.

«Philip n’acceptait pas d’être malade, car il dépendait beaucoup de nous pour tout. Ç’a été très difficile», se rappelle M. Fortin.

Le combat contre la maladie a été ardu pour l’adolescent. Les médicaments lui ont causé beaucoup de séquelles et d’effets secondaires, dont une thrombose et un AVC qui lui a fait perdre complètement l’usage de la parole.

Après s’être battu jusuqu’à la fin, Philip s’éteint en avril 2015, à l’âge de 15 ans.

«Ce n’est pas normal de perdre un enfant. On m’a arraché un bout de mon cœur. Il me manquera toujours», souligne le père de famille.

Tour Charles-Bruneau
Philip a suivi des traitements au centre de cancérologie Charles-Bruneau, ce qui a permis à M. Fortin de croire jusqu’à la fin aux chances de guérison de son fils.

Stéphane Fortin s'entraîne régulièrement pour rester en forme, mais également en vue du Tour Charles Bruneau.

Stéphane Fortin s’entraîne régulièrement pour rester en forme, mais également en vue du Tour Charles Bruneau.

Voulant faire sa part dans la lutte contre le cancer, M. Fortin, qui s’entraîne régulièrement depuis plus de cinq ans, décide de participer au Tour CIBC Charles-Bruneau, une activité-bénéfice qui amasse de l’argent pour la recherche sur le cancer.

«Aucun enfant ne devrait vivre ce que Philip a vécu. Les jeunes malades, même s’ils sont guéris, restent pour la plupart avec des séquelles. Leur qualité de vie est hypothéquée. Il faut que la recherche se poursuive pour améliorer les traitements et enrayer les effets secondaires», affirme M. Fortin.

Après une première expérience en 2015, M. Fortin décide de se réinscrire en 2016. Le Rosemontois a déjà amassé près de la moitié des 5000$ nécessaires pour participer au Parcours de la guérison. Afin d’augmenter les dons, il a décidé d’organiser une journée bootcamp bénéfice, à Saint-Léonard, le 19 juin.

«C’est au gym où je m’entraîne régulièrement. Philip y venait également avant sa maladie», souligne-t-il.

À l’aube de la cinquantaine, M. Fortin souhaite continuer de contribuer à la recherche, tant qu’il le pourra.

«La mort de mon fils a changé ma façon de voir la vie. Je ne fais plus de projet à long terme et je vis au jour le jour. Je ne sais pas encore si je vais y participer des années, mais je veux le faire le plus longtemps possible», mentionne-t-il.

L’événement de bootcamp se tiendra le 19 juin, au 9220, boulevard Langelier. Les gens voulant y participer peuvent visiter la page Facebook de l’activité . On peut faire également un don à Stéphane Fortin en visitant le site Web du Tour Charles-Bruneau.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!