Le logement est l'un des quatre grands thèmes du forum de développement social de Saint-Léonard.

Avec le boom démographique que vit Saint-Léonard depuis des années, la pénurie de logements sociaux ne fait que s’exacerber, estiment une trentaine d’organismes, institutions et citoyens présents à la séance de travail sur le logement du Forum de développement social de Saint-Léonard.

En 2012, le comité promoteur du logement social à Saint-Léonard avait établi qu’il faudrait 750 nouveaux logements sociaux pour répondre à la demande dans ce quartier où les deux tiers des résidents sont locataires. Toutefois, ce chiffre ne correspondrait plus aux réalités d’aujourd’hui.

«Il est vrai que si on refaisait le calcul que nous avons fait en 2012, peut-être que nous arriverions à 800 ou même 900 logements sociaux nécessaires pour répondre à nos besoins», précise Sylvie Dalpé d’Action dignité de Saint-Léonard.

Cette évaluation n’a rien de scientifique, mais reflète tout de même l’importante augmentation de la population du secteur.

En 2006, le territoire comptait 72 000 habitants. Dix ans plus tard, il y en a au-delà de 80 000, une croissance de plus de 11% soutenue, entre autres, par l’arrivée d’immigrants.

Or, durant cette période, seule la coopérative d’habitation Château Vannes, bâtie en 2008, a vu le jour à Saint-Léonard.

«Nous voyons la différence. Les immigrants vivent dans des conditions d’insalubrité ou dans des logements beaucoup trop petits pour leur famille. Nous sommes très préoccupés», souligne Roberto Labarca, de l’Association des immigrants de l’est de Montréal.

«Nous devons améliorer les conditions de vie de tous les résidents et qu’ils aient accès à des logements convenables, salubres et abordables.»
– Sylvie Dalpé d’Action dignité de Saint-Léonard.

Selon des chiffres publiés en 2014, Saint-Léonard n’avait que 0,7% des logements sociaux à Montréal. Lasalle, un arrondissement ayant des conditions similaires avec Saint-Léonard, en a 2,1%.

Les prochains appartements attendus sont au Domaine Renaissance, où on construira une coopérative d’habitation de près de 200 logements sociaux d’ici 10 ans.

Fausse route
Selon le conseiller de Ville, Dominic Perri, le forum fait fausse route en mettant l’accent autour du développement du cadre bâti.

«Tout est déjà bâti à Saint-Léonard. Nous n’avons plus d’espace pour construire de nouveaux projets immobiliers. Il faudrait plutôt cibler des endroits à revitaliser en y réaménageant le secteur pour répondre aux besoins actuels, comme ce que nous faisons dans le secteur Viau/Robert», affirme M. Perri.

Le comité promoteur du logement social a déjà en tête plusieurs endroits où il serait possible d’y développer du logement social, notamment J.B. Martineau, un terrain vague situé au nord de Saint-Léonard, ou le terrain du garage municipal, situé sur la rue de la Sallette, qui déménagera au cours des prochaines années.

«Il y a un potentiel intéressant de développement immobilier à Saint-Léonard et nous avons identifiés plusieurs terrains»
– Catherine Boucher de Concertation Saint-Léonard

Informer
En plus du développement du logement social, les participants souhaitent que les locataires connaissent davantage leurs droits pour ainsi diminuer les cas de discrimination, notamment au sujet de la nationalité et de la présence d’enfants.

Selon eux, en connaissant davantage les moyens qu’ils ont pour se défendre, mais également de ce qui est permis et ce qui est discriminatoire, les locataires de Saint-Léonard vivront dans de meilleures conditions.

Séances de travail
Un total de quatre séances de travail auront lieu au mois de septembre et quatre en octobre, afin de mettre en place un plan d’actions pour améliorer la qualité de vie des résidents de Saint-Léonard. Le logement et l’emploi ont ouvert le bal dans la semaine du 19 septembre. La scolarisation et la sécurité dans les transports suivront respectivement les 26 septembre, à 16h, et 29 septembre, à 8h30.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus