Archives TC Media De plus en plus d'entreprises et d'industries recyclent à Saint-Léonard.

Alors que l’arrondissement de Saint-Léonard traîne toujours en queue de peloton pour ce qui touche le recyclage, de plus en plus d’industries et de commerces s’inscrivent à la collecte municipale des résidus recyclables. Un total de 337 entreprises recyclent désormais leurs résidus, soit une augmentation de 23% comparé à l’année précédente.

Selon le bilan En affaires, on récupère de l’Écoquartier de Saint-Léonard, 63 nouveaux commerces ont décidé de recycler au cours de l’année 2016, dont 45 à la suite de la visite de l’organisme.

«Il y a beaucoup de choses à recycler dans les entreprises, dont le papier. Il reste du travail à faire, mais nous allons dans le bon sens des choses», affirme l’agente de sensibilisation en environnement de l’Écoquartier de Saint-Léonard, Marie-Ange Selosse.

Ce programme, initié par la CDEC en avril 2014, a pour objectif de sensibiliser et d’informer les entrepreneurs de Saint-Léonard à la collecte des matières recyclables. Lorsque la CDEC a fermé ses portes, l’Écoquartier de Saint-Léonard a pris le relais.

«Nous étions partenaires du projet depuis le début. Lors de la fermeture de la CDEC, nous avons déposé une demande pour obtenir des fonds et poursuivre le programme, ce qui nous a permis d’engager une personne pour faire du démarchage, en 2016», informe Mme Selosse.

L’employée de l’Écoquartier a visité la zone industrielle de Saint-Léonard ainsi que l’artère commerciale Jean-Talon pour joindre près de 500 commerces au cours de l’année 2016.

«Nous sommes retournées voir 93 industries inscrites préalablement au service pour avoir leur commentaire. Nous avons pu régler quelques problématiques que certains avaient constatées, dont l’heure de la collecte», souligne Mme Selosse.

Selon l’agente de sensibilisation, les entreprises ne recyclent pas souvent, car elles ignorent qu’elles peuvent le faire sans passer par une entreprise privée.

«Avec le nouveau règlement municipal, il n’y a plus de limite de bacs par entreprise ni de limitation sur quelles entreprises peuvent prendre part à la collecte municipale. Plusieurs commerçants ignoraient qu’ils pouvaient y participer», mentionne-t-elle.

Fin de financement
Le financement permettant d’engager une employée pour faire le démarchage est épuisé. Toutefois, même avec une ressource en moins, l’Écoquartier compte poursuivre ses démarches auprès des entreprises.

«Nous avons démarché Jean-Talon qu’une seule fois. Ce n’est pas assez. Nous allons devoir continuer nos démarches auprès des entreprises lors de nos tâches quotidiennes», révèle Mme Selosse.

«Nous ne lâcherons pas les entreprises» -Marie-Ange Selosse

L’agente de sensibilisation espère que la rue Jean-Talon deviendra comme la zone industrielle de Saint-Léonard, où de plus en plus de bacs de recyclage s’y accumulent le vendredi, jour de collecte des matières recyclables.

Pour avoir de l’information sur le programme En affaires, on récupère, on joint l’Écoquartier au 514-328-8444.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!