Nicolas Ledain / TC Media Chaque jeune va bénéficier d’une aide de 13 870 $ dans le cadre du programme « Connexion-compétences ».

Le gouvernement fédéral octroie une aide d’un demi million de dollars à l’organisme Horizon Carrière. L’objectif est d’accompagner vers le monde du travail des jeunes qui sont sortis des bancs d’école.

« Ne baissez pas les bras », c’est le message qu’a scandé Nicola Di Iorio ce mardi 14 mars devant les jeunes qui suivent le programme « Connexion-compétences » à Horizon Carrière, le centre d’accompagnement à la recherche d’emploi de Saint-Léonard. Le député libéral est venu officialiser le versement d’un financement de 582 882 $ accordé par le gouvernement du Canada à l’organisme.

Cette aide va permettre d’accompagner ce programme fédéral réservé aux jeunes de 16 à 30 ans qui ont quitté le système éducatif traditionnel et qui peinent à s’intégrer au marché du travail. « Ce sont des jeunes qui ne sont pas dans une logique d’emploi et qui stagnent. La plus grosse partie de notre travail, c’est de les aider à découvrir qui ils sont vraiment », explique Lina Raffoul, la directrice générale d’Horizon Carrière.

Durant les trois prochaines années, le centre léonardois va recevoir six cohortes de huit jeunes dans un processus en deux temps. Ils vont d’abord suivre des ateliers pendant six semaines avant de partir en formation en entreprise. « Cela représente 13 870 $ par jeune, détaille Mme Raffoul. Ils sont payés durant les six premières semaines et les entreprises bénéficient ensuite d’une subvention de 4,75 $ par heure pour les accueillir. »

Le député de Saint-Léonard – Saint-Michel a salué cet objectif d’ « arrimage » entre la main-d’œuvre et les entreprises. « C’est essentiel (…). Si on ne s’en occupe pas maintenant, cela va coûter cher plus tard. C’est un investissement. Lorsqu’on ne travaille pas, cela affecte l’estime de soi et c’est beaucoup plus difficile de se relancer. Ces jeunes-là vont connaître la satisfaction de se lever le matin pour quelque chose », se réjouit Nicola Di Iorio.

Durant les mois en entreprise, le suivi des jeunes bénéficiaires va se poursuivre afin de s’assurer que cette formation débouchera sur un emploi. « Ce programme est adapté aux besoins des entreprises. Il permet d’assurer le maintien en emploi, car on intervient si c’est nécessaire. C’est l’essence de ce projet et ce qui en fait la beauté », se félicite Lina Raffoul.

Horizon Carrière privilégie souvent les profils les plus désoeuvrés et affiche un taux de réussite de plus de 80 % pour le programme « Connexion-compétences ».

7000
Entre 7000 et 8000 élèves sortent chaque année du système d’études secondaires au Québec. Selon les dernières données de Statistique Canada, le taux de décrochage était de 9,4 % dans la province en 2014. Ce chiffre a très nettement chuté depuis dix ans puisqu’il était encore au-dessus des 20 % en 2007.

Il est néanmoins de plus en plus difficile pour ces décrocheurs de s’intégrer sur le marché du travail. Ils souffrent de la concurrence de personnes diplômées qui acceptent des emplois non spécialisés. Au sein des pays de l’OCDE, 25 % des travailleurs sont surqualifiés et ce taux est même de 31 % dans la province selon Emploi Québec.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus