Audrey Gauthier/TC Media SOS Italia, en compagnie d'élus, partenaires et donateurs, qui ont permis d'amasser 1 M$ pour l'Italie.

Un total d’un million de dollars a été amassé par SOS Italia afin de venir en aide aux sinistrés italiens touchés par le tremblement de terre qui a fait des centaines de victimes en août dernier.

La population, des élus, des associations et des organismes se sont mobilisés pendant des mois pour donner un coup de main à ces victimes. Activités et événements-bénéfices, les Québécois ont été particulièrement actifs alors que les deux tiers des fonds amassés proviennent de la Belle province.

«C’est une réalisation extraordinaire. Ça montre l’intensité du lien qui unit la communauté italienne et le Québec, dont Montréal», souligne l’ambassadeur de l’Italie au Canada, Claudio Taffuri.

«Le Québec a été ému par les victimes qui encore aujourd’hui vivent dans des campements. Je suis fière de l’entraide spontanée et de voir ce bel élan de solidarité», ajoute Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

«C’est un événement qui a bouleversé la vie des habitants, mais également la communauté italienne dans le monde. Cet argent va vraiment venir en aide aux sinistrés», poursuit la députée de Jeanne-Mance-Viger, Filomena Rotiroti, qui a sollicité ses confrères à l’Assemblée nationale, ce qui a permis d’amasser 41 900$.

La reconstruction
Alors que le gouvernement italien et la Croix-Rouge italienne ont déjà «bien» répondu aux besoins d’urgence des Italiens, SOS Italia voulait financer un projet qui aiderait à la reconstruction.

«Nous ne voulions pas financer des projets temporaires, mais bien quelque chose de tangible et de durable», indique Tony Sciascia, président du comité SOS Italia.

Les fonds serviront donc à la construction d’un centre communautaire et culturel dans la ville de Muccia, dans les Marches, région fortement touchée par le séisme.

«En plus d’offrir des activités culturelles, scolaires et sportives, ce centre aura également une deuxième fonction, celle de devenir un centre d’accueil et d’hébergement. Ainsi, la région sera mieux préparée si un autre séisme touche ce secteur», mentionne Pascal Mathieu, vice-président au Québec à la Croix-Rouge canadienne.

Les travaux du centre devraient commencer au cours des prochains mois. Le centre devrait ouvrir en 2019.

Une plaque commémorative soulignant les dons canadiens sera installée dans le centre, dont les coûts totaux de construction s’élèvent à 3 M$.

L’histoire d’un séisme

À 3h30 du matin le 24 août, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,0 selon les autorités italiennes secoue le centre de l’Italie. Son épicentre se trouvait à Norcia, à environ 170 kilomètres au nord-est de Rome, et il s’est produit à seulement quatre kilomètres sous terre, ce qui cause habituellement plus de dommages.

Les villes les plus touchées ont été celles d’Amatrice et d’Accumoli, près de Rieti, à une centaine de kilomètres au nord-est de Rome, et Pescara del Tronto, à 25 kilomètres plus à l’est.

La tragédie a causé près de 300 morts et environ 400 blessés.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!