Archives TC Media Des centaines de frênes de Saint-Léonard seraient infestés par l'agrile.

En quelques années, l’agrile du frêne s’est fortement propagé à Saint-Léonard au point où plus de la moitié des arbres situés sur le domaine public sont aujourd’hui infestés par l’insecte.

En 2013, deux feuillus ont été dépistés positifs. Selon les statistiques fournies par le Service des grands parcs, du verdissement et du Mont-Royal à la suite des inspections réalisées en 2015, la situation aurait plus qu’explosé alors que la «majorité des frênes publics situés sur le domaine public à Saint-Léonard démontrerait des signes de la présence de l’agrile». On parle ici de plusieurs centaines de frênes infestés.

«La situation d’infestation des frênes de Saint-Léonard n’a rien d’exceptionnel. Étant donné que le territoire de cet arrondissement est limitrophe à une zone où l’un des premiers foyers d’infestation a été répertorié, il n’est pas étonnant que l’agrile y soit présent», indique Anik de Repentigny, de la Ville de Montréal.

La situation pourrait être plus sérieuse, car l’arrondissement ne possède pas l’information quant au nombre de frênes privés infestés. Selon un inventaire effectué en 2016 par le Regroupement des éco-quartiers, il y aurait 330 frênes sur le domaine privé à Saint-Léonard. Toutefois, ces données ne sont pas des statistiques officielles de la Ville de Montréal, précise Mme de Repentigny.

Sous contrôle
Alors que le nombre de frênes positifs a augmenté au cours des dernières années, la Ville de Montréal se fait rassurante dans ce dossier.

«La mortalité des frênes publics dans les zones aménagées – soit les rues et les parcs locaux – y est entièrement sous contrôle», lance Mme de Repentigny.

Pour lutter contre cet insecte, la Ville de Montréal a mis en place un programme de traitement des frênes sains et d’abattage d’arbres dépérissants et infestés.
Depuis 2013, environ 180 arbres ont été abattus en lien avec l’agrile du frêne, à Saint-Léonard, dont 102 en 2016. De plus, 633 feuillus ont été traités au TreeAzin, au cours de la dernière année.

«Les moyens déployés pour lutter contre l’agrile sont efficaces. Dès cette année, l’ensemble des frênes qui se qualifient pour recevoir des traitements sera mis sur un programme de traitement renouvelable aux deux ans. Les autres frênes qui sont trop petits ou dépérissants seront mis à l’abattage», affirme Mme de Repentigny.

La Ville de Montréal a également mis en place un Programme de remplacement des frênes publics abattus qui a permis de remplacer 121 frênes léonardois en 2015 et 2016.

«De plus, l’arrondissement a planté environ 1100 arbres supplémentaires en 2015 et 2016, dans le cadre de son programme régulier de plantation d’arbres publics», ajoute Maude Chartrand, de l’arrondissement de Saint-Léonard.

D’ici la fin de 2017, tous les frênes dans les rues et les parcs auront été évalués sur l’île de Montréal pour être abattus ou traités. L’année 2017 sera une année de transition qui clôt en partie la stratégie SLAM (Slow ash Mortality) afin de laisser place à une approche de remplacement graduel des frênes à moyen ou long terme.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!