Archives TC Media L'arrondissement a planté plus de 500 arbres en 2015 et en 2016.

Deux ans après l’adoption de son plan d’action local canopée, l’arrondissement de Saint-Léonard tire déjà de l’arrière, alors qu’il a planté 291 arbres de moins que la moyenne annuelle prévue.

Pour aider la Ville de Montréal à atteindre son objectif d’augmenter son indice de canopée de 20 à 25%, d’ici 2025, l’administration locale s’est donné la mission de planter 7000 arbres en 10 ans sur le domaine public, soit une moyenne de 700 par année, de 2015 à 2025. Toutefois, l’arrondissement n’a pas atteint cette quantité dans les deux premières années de son plan.

En effet, l’administration léonardoise n’a planté que 507 arbres, en 2015, et 602, en 2016.

«Nous avons un territoire de 13 km2 séparé en deux par l’autoroute métropolitaine. C’est un objectif ambitieux», souligne le maire de Saint-Léonard, Michel Bissonnet.

Le but de ces plantations est d’améliorer l’indice de canopée de l’arrondissement, qui se situait à 9,43% en 2012, le plus bas de la ville de Montréal.

«Nous avons encore beaucoup de chemin à faire», reconnaît le maire de Saint-Léonard.

La moyenne annuelle ne serait pas non plus atteinte en 2017 alors qu’on estime y planter 420 arbres sur le territoire léonardois.

«La plantation est financée en partie par le Service des grands parcs, du verdissement et du Mont-Royal, et il faut leur envoyer les sites de plantation un an d’avance. Ça explique qu’il y aura un peu moins de plantation cette année», indique le directeur de l’arrondissement, Steve Beaudoin.

«Nous avons besoin de plus d’arbres. C’est le poumon de Saint-Léonard» -Michel Bissonnet


Le privé

Afin de diminuer les îlots de chaleur dans Saint-Léonard, l’arrondissement souhaite inclure le secteur privé dans l’équation.

Depuis plusieurs années, en partenariat avec Soverdi et le Conseil régional environnement Montréal, l’administration locale fait de la sensibilisation auprès des entrepreneurs privés pour qu’ils verdissent leur terrain. Plusieurs ont décidé de faire leur part, notamment Saputo qui a planté 200 arbres à son siège social, situé le long de l’autoroute métropolitaine, ainsi qu’Urgences Santé avec 142 végétaux, sur son site de la rue Jarry.

«Il y a beaucoup d’îlots de chaleur dans notre parc industriel. Il faut en faire plus», affirme le maire.

Afin de poursuivre la sensibilisation des propriétaires léonardois, l’arrondissement leur distribue de la documentation sur les différents programmes de plantation ainsi que sur les biens faits du verdissement.

Des centaines de coupes
Alors que l’arrondissement plante des centaines de végétaux chaque année sur son territoire, il fait également l’abatage de centaines d’autres annuellement.

Depuis 2012, 1299 arbres ont été abattus, dont 216, en 2015, et 323, en 2016.

«Il faut les abattre, car ils sont malades ou sont un danger pour la sécurité publique», fait valoir le maire de Saint-Léonard, Michel Bissonnet.

Avant de pouvoir replanter une nouvelle essence d’arbres dans l’espace laisser vacant par la coupe, il faut attendre deux ans que les racines meurent, souligne le maire de Saint-Léonard.

Malgré le nombre important d’abattages, l’arrondissement a planté plus d’arbres pour la même période avec 1996 et compte bien poursuivre ses efforts dans ce dossier. Il a d’ailleurs ciblé 1500 endroits propices à la plantation à Saint-Léonard qui seraient comblés d’ici deux à trois ans.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!