Audrey Gauthier/TC Media Tazamoucht Barka a participé à l'entrevue éclaire avec Structube.

Horizon Carrière était de retour avec ses entrevues éclaires alors qu’une quarantaine de personnes ont rencontré des employeurs pour tenter de décrocher un nouvel emploi.

Après une première activité positive, l’organisme a décidé de poursuivre l’initiative, en y ajoutant quelques modifications.

«Nous avons mieux cerné les besoins des employeurs pour ainsi améliorer notre processus de présélection des candidats. Nous avons également mieux préparé les clients aux particularités des entrevues éclaires», précise Annie Duquette, conseillère en développement et partenariat à Horizon Carrière.

En mai dernier, les 75 candidats avaient rencontré trois entreprises spécialisées dans les domaines de la santé, de l’administration et des technologies de l’information. Ce mois-ci, Horizon Carrière a misé sur la vente au détail, la supervision et la gestion ainsi que la finance.

«Les secteurs et les entreprises varient d’un événement à l’autre. Nous nous ajustons à la clientèle que nous avons. Cet automne, nous avions peu de travailleurs de la santé», indique Mme Duquette.

L’organisme n’a pas le nombre de personnes recrutées à la suite du premier événement d’entrevues éclaires. Une situation qu’elle compte corriger pour la seconde activité.
«Nous estimons le placement à environ 40%, mais cette année, nous allons faire des suivis avec tous les inscrits. Ainsi, nous pourrons avoir des données précises», mentionne Mme Duquette.

Même si le recrutement est important, l’organisme ne vise pas un taux de placement précis.

«Le plus grand nombre, c’est mieux, mais notre objectif est d’arrimer des clients avec les entreprises et de faciliter le processus d’embauche. Nous voulons également faire connaître davantage Horizon Carrière auprès des entreprises, car nous sommes peu connus d’elles», laisse savoir Mme Duquette.

Un premier contact bénéfique
Pour la conseillère, les entrevues éclaires sont beaucoup plus bénéfiques et efficaces pour les employeurs et les candidats.

«Lorsqu’on postule en ligne ou lors de salon emploi, le contact est rapide. Avec les entrevues éclaires, on peut prendre le temps d’analyser le CV et d’y aller davantage en profondeur», fait valoir Mme Duquette, ajoutant qu’on voit également plus de gens.

Un procédé qui a surpris et convaincu les entrepreneurs de Structube, un détaillant de meubles qui ouvrira un magasin à Saint-Léonard au cours du mois de décembre, qui a participé aux entrevues éclaires du mois de novembre.

«C’est mieux que ce que je pensais. On va droit au but et c’est direct. Nous avons vu beaucoup de candidats. En une séance, nous avons trouvé davantage de postulants intéressants que lors d’une semaine normale d’embauche», souligne Michaël Jean-Joseph, assistant-gérant de Structube.

«Quand on va chercher nous-mêmes les candidats, plusieurs ne se présentent pas aux entrevues. Ici, c’est bien organisé, ça nous fait gagner un temps énorme et une majorité des postulants habitent à proximité de notre magasin, c’est bien», ajoute Xavier Bouziges, coordonnateur au recrutement et aux médias sociaux RH à Structube.
Les prochaines entrevues éclaires se dérouleront à l’hiver 2018.

Les entreprises participantes
Lors des entrevues éclaires du 1er novembre, Groupe Investor, Structube et Walmart ont rencontré 40 candidats pour leur offrir des postes variés, allant de commis de magasin à gérant au service à la clientèle, passant par le poste de conseiller financier principal à adjointe administrative.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!