Audrey Gauthier/TC Media Frédérique Gauthier a commencé la tournée des commerçants pour les outiller à détecter les signes de précarité chez les aînés.

Les besoins des aînés de Saint-Léonard continuent de grandir et pour tenter de joindre ceux isolés, la Table de concertation des aînés en action de Saint-Léonard a lancé le projet Commerçants avertis.

Grâce à l’intervention de milieu, 839 personnes âgées ont été rejointes en 2016, ce qui correspond à plus de 1000 interventions. Malgré tout, plusieurs aînés ne bénéficieraient pas des services du Centre du réseau d’entraide des aînés de Saint-Léonard ou encore de l’intervenante de milieu.

«Nous aidons les aînés qui nous sont recommandés par le CLSC par exemple ou encore qui nous connaissent et nous appellent. Mais, un grand nombre d’aînés sont isolés», souligne Frédérique Gauthier, intervenante de milieu au Centre du réseau d’entraide des aînés de Saint-Léonard.

Avec le projet, la Table de concertation souhaite joindre ces personnes qui ont besoin d’aide.

«Nous voulons aller chercher ceux qui ne sont pas connus des réseaux communautaires ou de la santé», indique Mme Gauthier.

Les commerçants
Afin de les joindre, la Table a décidé de mettre à profit les commerçants du quartier.

«Tout le monde achète du pain, du lait ou du linge. Ces commerçants ont un contact direct avec des aînés et ils peuvent aider à améliorer leur qualité de vie», fait valoir Mme Gauthier.

Les commerçants ne feront pas d’intervention, précise Mme Gauthier, mais ils seront les yeux de l’intervenante de milieu qui «ne peut pas être partout».

«L’objectif est d’aiguiser leurs sens pour qu’ils puissent détecter des aînés en difficulté. Ensuite, ils pourront me les référer ou leur remettre ma carte pour qu’ils m’appellent», mentionne Mme Gauthier.

Depuis le 27 novembre, l’intervenante de milieu va rencontrer les commerçants pour les outiller et les informer sur les signes révélant que l’aîné est en difficulté.

«S’il semble perdu ou triste, qu’il n’a pas assez d’argent pour payer ou encore qu’il a des problèmes d’hygiènes, l’employé peut lui demander comment il va ou encore lui parler de notre service et lui donner ma carte», dit Mme Gauthier.

«Il y a beaucoup d’aînés à Saint-Léonard. Ce projet est une bonne idée. Je vais partager l’information à tous les employés», affirme Lisanne d’un commerce de Saint-Léonard.

L’intervenante de milieu demande également aux commerçants s’ils peuvent offrir des produits au rabais pour les aînés ou des gratuités pour venir en aide aux aînés en difficulté.

«Nous avons trois objectifs avec ce projet, soit de faire connaître l’intervention de milieu, de référer la clientèle en difficulté au centre, mais aussi d’obtenir des gratuités ou des réductions pour les personnes âgées», révèle Johanne Pitt, directrice générale du Centre du réseau d’entraide des aînés de Saint-Léonard.

«Si par ce projet, nous réussissons à aider une personne, c’est toujours ça de gagné», ajoute Pierre Frisko, directeur de la Société de développement commercial Jean-Talon Est, qui a ajouté le projet à son infolettre afin d’informer un maximum de commerçants du passage de l’intervenante du milieu.

L’intervenante compte rencontrer tous les entrepreneurs et professionnels de la rue Jean-Talon avant de s’atteler aux autres rues commerciales du secteur.

«Jusqu’à présent, nous avons une bonne réponse. Les gens ne savaient pas quoi faire lorsqu’ils voyaient des personnes âgées en difficulté et ignoraient mon rôle. Là, ils sont informés», constate Mme Gauthier.

Cette dernière organisera une formation en 2018 afin d’outiller les commerçants à détecter les aînés en difficulté. Déjà, quelques-uns d’entre eux s’y sont inscrits.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!