Collaboration spéciale L'équipe de policiers et d'enquêteurs a permis d'arrêter six individus en lien avec des introductions par effraction à Saint-Léonard.

Grâce à un nouveau processus d’enquête mis en place au poste de quartier 42, six personnes impliquées dans plusieurs introductions par effraction à Saint-Léonard ont été arrêtées.

Cet automne, le commandant du poste de quartier 42 a remarqué qu’il y avait une recrudescence des introductions par effraction sur son territoire.

«Au cours de l’année, nous avions maintenu la criminalité à la normale dans le secteur. Mais, dès la première semaine d’octobre, j’ai remarqué qu’on avait plusieurs introductions par effraction. À la deuxième semaine, ç’a continué d’augmenter», rapporte Pascal Gosselin.

Au lieu d’envoyer les dossiers au centre d’enquêtes de la division Est du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le commandant est allé plus loin. Il propose de joindre les efforts des policiers sur le terrain à ceux des enquêteurs.

«Les enquêteurs priorisent leurs dossiers et les crimes violents ont préséance sur les crimes contre la propriété. Pour moi, ces introductions par effraction sur mon territoire étaient une priorité, car on entre dans l’intimité des gens qui peuvent, par la suite, se sentir en insécurité», souligne le commandant Gosselin.

Ce dernier a libéré sept policiers pour travailler sur ces enquêtes. La division Est du SPVM a libéré deux enquêteurs pendant 15 jours afin d’étudier les 38 dossiers survenus cet automne sur le territoire léonardois.

«Habituellement, ces cas auraient été traités à la pièce sans avoir les mêmes ressources et peut-être deux mois après qu’ils soient survenus. Les enquêteurs auraient été seuls, dans le centre d’enquête. Là, ils étaient sur le terrain, au PDQ avec une équipe. Ils ont eu une vision globale de la situation et ils ont eu les ressources pour les aider dans leur travail, que ce soit pour aller faire du porte-à-porte, récolter des témoignages et même des éléments de preuve», mentionne le commandant.

«C’est un arrimage parfait entre les différents services afin de travailler ensemble pour mettre fin à une série de crimes. Avec cette technique, les maillages étaient parfaits pour la transmission d’informations et tout le monde savait ce qui se passait au quotidien. C’est ce qui explique le succès de l’entreprise», ajoute Sylvie Roy, inspectrice-chef à la division Est du SPVM.

En travaillant ensemble, les neuf agents ont réussi à trouver des liens et un modus operandi dans la majorité des cas. Ce travail a permis d’arrêter six individus au cours de l’automne en lien avec 18 dossiers d’introduction par effraction.

«Si nous n’avions pas fait ce travail et réuni tous les dossiers, il n’y aurait pas eu d’enquête et surement aucune arrestation. Les crimes auraient continué et nous aurions encore des introductions aujourd’hui», affirme le commandant Gosselin.

Devant le succès de la nouvelle méthode, le commandant souhaite la réutiliser à l’avenir.

«Ç’a été concluant. C’est une expérience à refaire si l’occasion se présente. Nous allons y mettre les efforts», laisse entendre M. Gosselin.

L’inspectrice-chef Sylvie Roy compte également étendre cette façon de faire à l’ensemble de la division Est du SPVM.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!