Collaboration spéciale Olivier Rochon ira aux Jeux olympiques pour la première fois. Il est ici en compagnie de la chef de mission Isabelle Charest.

Mission accomplie pour Olivier Rochon! L’athlète a obtenu son billet pour les Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, où il représentera le Canada en ski acrobatique.

Il aura fallu 12 ans de travail au skieur pour participer aux Jeux olympiques. Le Québécois a raté de peu les qualifications en 2010, car un confrère l’a déclassé à la dernière compétition de la saison. Pour les Jeux de Sotchi, il s’était qualifié, mais à trois mois de la compétition internationale, il s’est blessé et n’a pu prendre part à ce rendez-vous mondial.

«J’ai eu beaucoup de malchances. Les blessures, ça arrive plus souvent qu’on pense. On se pousse toujours plus loin et ça arrive. Mais, cette étape de ma carrière a été la plus sombre de ma vie», admet le sportif de 28 ans.

Après cette dure épreuve, l’athlète n’a pas abandonné. Il a redoublé d’ardeur pendant les quatre dernières années pour ainsi réaliser son objectif: participer aux Jeux olympiques.
«Quand j’ai appris la nouvelle, j’ai ressenti un grand soulagement. Un grand poids s’est retiré de mes épaules», se réjouit le skieur.

Pour ajouter à cette bonne nouvelle, Olivier a pu célébrer sa qualification dans son ancien établissement scolaire, l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry, à Saint-Léonard.

«Le temps fait bien les choses. C’est à la fin de mon secondaire que j’ai fait le saut de la gymnastique au ski acrobatique. C’était quelque chose de spécial de vivre ce moment à mon ancienne école. Quand je marchais dans les corridors, j’avais l’impression d’être de retour à la maison», souligne-t-il.

La compétition
Quelques jours après son passage à Saint-Léonard, Olivier était déjà dans l’avion pour le Japon. Il participe à un camp d’entraînement où il va peaufiner son nouveau saut, le triple salto arrière avec quatre vrilles.

«Personne d’autre sur le circuit ne fait cette manœuvre. La dernière fois qu’elle a été exécutée, c’est en 2010, par un athlète canadien. C’est comme une tradition canadienne», indique Olivier Rochon.

Le skieur espère que ce saut lui permettra de se classer parmi les 12 meilleurs sauteurs et ainsi se rendre en finale, le 18 février.

«Je vise le podium. Tout peut arriver aux Jeux olympiques. Tous les athlètes ont leur chance de gagner une médaille», affirme-t-il.

Même si la compétition sera relevée et qu’il participera pour la première fois à ce rendez-vous mondial, le sportif est loin d’être nerveux.

«Ça m’a pris 12 ans à me qualifier pour les Jeux olympiques. Là, c’est le temps d’en profiter et de m’amuser», sourit-il.

«Les Olympiques c’est impressionnant, mais c’est comme une Coupe du monde à gros budget» -Olivier Rochon

À 28 ans, Olivier Rochon ne pense pas à la retraite. Il compte bien poursuivre le travail afin de décrocher sa place aux Jeux olympiques de Chine, en 2022.

Les Jeux olympiques de Pyeongchang se dérouleront du 9 au 25 février. Olivier Rochon participera aux épreuves de ski acrobatique, en saut, les 17 et 18 février prochain.

Un autre ancien de St-Ex à Pyeongchang

Olivier Rochon n’est pas le seul ancien élève de l’école Antoine-de-Saint-Exupéry à participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang. L’athlète Charlie Bilodeau prendra part à ce rendez-vous international en patinage artistique avec sa partenaire, Julianne Séguin.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!