Audrey Gauthier/TC Media Janette, Ellen et Lise font partie de la douzaine de bénévoles qui oeuvrent à la Boutique d'Amélie.

La Boutique d’Amélie, le magasin de la Société Saint-Vincent-de-Paul (SSVP) de Saint-Léonard, a un urgent besoin de nouveaux clients. Avec l’arrivée massive de demandeurs d’asile en 2017, l’organisme peine à répondre à la demande d’aide des personnes démunies.

En effet, l’organisme a presque vidé son compte en banque afin de venir en aide aux familles et citoyens envoyés par son partenaire, la Mission OId Brewery, ainsi que d’autres organismes locaux.

«Beaucoup de réfugiés ont été dirigés chez nous afin que nous les aidions à meubler leur logement. Nous ne fournissons que la table de cuisine avec les chaises et un lit, car nous ne pouvons pas donner plus. Sinon, nous ferions faillite», indique Ellen Schryburt, responsable de la SSVP de Saint-Léonard ainsi que de la Boutique d’Amélie.

La Boutique d’Amélie n’est «ni un comptoir ou un vestiaire de la SSVP». C’est un magasin où l’on retrouve des vêtements, des jeux, de la vaisselle, de la literie, etc. à un prix modique. L’argent amassé par la vente d’articles permet d’aider des citoyens dans le besoin ainsi que d’acheter des denrées pour la banque alimentaire de la Société Saint-Vincent-de-Paul de Saint-Léonard.

«Nous ne sommes pas un magasin pour les pauvres, mais au profit des pauvres. Tout le monde peut venir acheter des produits. Nous avons de beaux articles neufs ou presque neufs. Il n’y a rien de magané ou de décousu. Il n’y a pas de critères pour venir dans notre magasin. Il faut seulement avoir de l’argent», souligne Mme Schryburt.

Attirer des clients
Alors que le compte en banque diminue dangereusement, l’organisme avait besoin d’augmenter ses revenus afin de continuer à répondre à la demande.

«Nous faisons environ 5000$ par mois de revenus, mais en soustrayant le loyer, le chauffage ainsi que le montant réservé à la banque alimentaire, il ne reste plus grand-chose pour offrir des dépannages aux citoyens», fait savoir Mme Schryburt.

Afin d’attirer de nouveaux clients dans son établissement, l’organisation a décidé d’ouvrir les premiers samedis du mois, et ce dès le 3 février.

«Les gens travaillent ou vont à l’école et ne peuvent pas tous venir sur nos heures régulières. Ou encore, ils n’ont pas envie de sortir de la maison après le travail, surtout en hiver», fait valoir la responsable de la SSVP de Saint-Léonard, qui espère doubler son chiffre d’affaires en ouvrant davantage les fins de semaine.

«Nous ouvrons les samedis, car nous avons besoin d’argent. Nous n’en avons pas assez pour répondre à toutes les demandes d’aide que nous recevons» -Ellen Schryburt

Pour le moment, l’organisme n’ouvrira que le premier samedi du mois, mais selon l’affluence, la Boutique d’Amélie pourrait ouvrir davantage la fin de semaine.

Besoin de bénévoles
En plus d’avoir besoin de nouveaux clients, la Boutique d’Amélie a également besoin de bénévoles.

«Nous avons assez de bénévoles pour le triage. Il nous faut de gens pour gérer la caisse et le magasin, entre autres, ainsi que des hommes pour vider le conteneur de dons, sortir les déchets, etc.», mentionne Mme Schryburt.

Les heures d’ouvertures de la Boutique d’Amélie
La Boutique d’Amélie, située au 5077, boulevard Couture, est ouverte les lundi, mercredi et vendredi, de 10h à 12h et de 13h15 à 16h, ainsi que le premier samedi du mois, de 10h à 14h. Information: 514 323-5609.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!