Laurent Lavoie / Progrès de Saint-Léonard Près de 30 enfants fréquentent quotidiennement la halte-garderie.

Entrevues, cours de francisation, séances d’informations; les nouveaux immigrants sont dépassés par les tâches qui les attendent lors de leur arrivée. En déposant leurs enfants à la halte-garderie de l’Accueil aux immigrants de l’est de Montréal (AIEM), ils peuvent mettre tranquillement, mais sûrement, un peu d’ordre dans leur quotidien.

Lors du passage du Progrès en début d’après-midi mardi, une trentaine de parents immigrants déposent leur enfant à la halte-garderie avant d’assister à une séance d’information portant sur les premières démarches d’installation, tenue quelques étages plus haut.

Cette année particulièrement, plusieurs demandeurs d’asile profitent de la halte-garderie, indique Vincent Garneau, directeur adjoint de l’AIEM, qui ne sait toujours pas si cette tendance n’est que temporaire. Auparavant, un groupe de 30 comptait de 2 à 3 enfants issus d’une famille de demandeurs d’asile. Aujourd’hui, ils peuvent représenter environ le tiers.

L’accessibilité à une halte-garderie est déterminante. « Souvent, durant les débuts de sessions de francisation, c’est une rentrée à la garderie », indique M. Garneau. Au cours de l’année 2017-2018, 1700 personnes se sont inscrites aux 97 cours à temps complet et partiel.

« Je n’ai pas d’autres personnes pour le garder » souligne timidement Mercedes, qui a quitté le Mexique il y a 6 mois. Elle suit actuellement des cours de francisation qui l’aide grandement.

« L’idée de base de la halte-garderie, c’est que les gens puissent laisser leur enfant et avoir droit [à des services]. Si ce n’est pas de ça, ils ne vont pas venir »

Vincent Garneau, directeur adjoint de l’AIEM

Si un programme éducatif préscolaire est offert, au courant de l’année, ce sont trois éducatrices qui travaillent régulièrement au sein de la halte-garderie. D’autres peuvent s’y joindre en fonction de l’achalandage. Selon le dernier bilan annuel de l’AIEM, 361 familles ont fait appel à la halte-garderie et près de trente enfants en moyenne la fréquentent quotidiennement.

À 8h30 et 12h45, de jeunes bambins envahissent le sous-sol de l’immeuble situé sur la rue Jean-Talon. «  Pour 70%, ils n’ont jamais fréquenté un service de garde. C’est leur première expérience, et il faut que ce soit la bonne aussi, » affirme Doudja, responsable de la halte-garderie depuis plus de 10 ans. Elle dit aussi rassurer certaines familles dont la culture encourage de faire garder les enfants par un membre de l’entourage. « Ils n’ont jamais été gardés par quelqu’un d’autre qu’ils ne connaissaient pas », renchérit Vincent Garneau.

L’organisme a été obligé d’ajouter une pouponnière en raison de la hausse du nombre d’enfants naissant qui fréquentent la halte-garderie.

Par bloc de 3 heures, il coûte 4$ aux parents ou 11$ pour une journée complète avec le dîner. Entre autres en raison de leur statut, « de ce coût-là, les familles sont éligibles pour se faire rembourser les frais », précise Vincent Garneau.

Population immigrante de Saint-Léonard

2006: 41%

2011: 46%

2016: 49%

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!