Tony Di Minno n’en démord pas. Il prétend que la mauvaise pose des nouveaux compteurs d’Hydro-Québec dans son triplex du boulevard Lavoisier, sont la cause de l’incendie qui s’est déclaré dans sa propriété le 26 octobre, ce que nie Hydro-Québec.

Par Nathalie Simon-Clerc

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc)

Jeudi dernier, Tony Di Minno est rentré chez lui après avoir passé plus de dix jours à l’hôtel. Hydro-Québec a rétabli le courant la veille. Le propriétaire ne dort plus la nuit. Il s’estime chanceux d’avoir échappé à l’incendie qui aurait pu emporter son triplex et il incrimine la société d’État.

Le 26 octobre dernier, il pleut, et Luc, l’un des locataires du triplex, regarde la télévision. Vers  17 h, il sent une odeur de plastique brûlé. « J’ai vu de la boucane noire par la fenêtre, ça sortait des tubes en plastique qui arrivent des compteurs électriques », explique-t-il.

Alors qu’il se précipite chez son propriétaire qui demeure au rez-de-chaussée, il entend une explosion, puis une autre.

De son côté, M. Di Minno tente d’éteindre les flammes qui sortent des quatre compteurs. Le triplex, qu’il a acheté neuf il y a 35 ans, est visiblement entretenu avec soin, et les appareils sont abrités dans un patio. Deux, puis trois explosions poussent le propriétaire à fuir et à composer le 911.

Des incidents répétés depuis l’installation des nouveaux compteurs

Dans le quartier, Hydro-Québec a procédé au remplacement des « appareils à roulette » pour des compteurs intelligents, le 15 octobre. M. Di Minno se réjouit alors de ce remplacement. « Je n’ai rien contre ces nouveaux appareils, je fais confiance à Hydro-Québec », précise le propriétaire.

Depuis pourtant, Luc et Tony auraient constaté des anomalies. Des baisses de tension répétées qui auraient même abouti à la décongélation des aliments du congélateur, et à la perte du signal de Bell pour Luc.

Selon M. Di Minno, le voisin a même dû remplacer son four. Il soutient que l’incendie s’est déclaré dans le compteur de son locataire Luc, peu de temps après qu’il ait allumé son chauffage.

Les compteurs sont hors de cause. Le Service d’incendie de la Ville de Montréal a conclu « à un trop grand dégagement d’une gaine autour du câble à l’entrée du compteur électrique ». C’est également la conclusion d’Hydro-Québec, qui précise que l’embase, qui abrite les câbles,  est de la responsabilité du client. Le maitre-électricien, Guy Saint-Amour, qui a refait l’installation électrique du propriétaire à la suite de l’incendie, a constaté que la boîte de compteurs était brûlée. « Je n’ai corrigé aucune anomalie, précise l’électricien, j’ai refait l’installation aux normes, telle qu’elle était ».

De son côté, Hydro-Québec précise que les nouveaux compteurs ne sont posés que sur des installations conformes et « qu’aucun problème n’avait été constaté dans l’embase du client lors de la pose. »

Les conclusions de la compagnie d’assurance du propriétaire restent confidentielles,  mais une bataille d’experts semble se dessiner, puisqu’Hydro-Québec a tenté de récupérer les compteurs, vendredi dernier, pour effectuer sa propre expertise.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus