La pièce Le Chant de Georges Boivin est un hymne à l’amour qui prend la forme d’un road-movie théâtral. Ce tableau, soutenu par les uniques bras du comédien Pierre Collin, s’amène le temps d’un soir au Théâtre Mirella et Lino Saputo de Saint-Léonard.

C’est l’histoire de Georges Boivin, 77 ans, qui a perdu sa femme il y a de ça un an. En compagnie de trois amis de longue date, avec qui il loge dans la même résidence, il part à la recherche de sa première flamme qu’il a vue pour la dernière fois il y a plus de 50 ans. Georges Boivin se parle : « Ma vie n’est pas finie, il y a plein de choses que je veux faire », rapporte le metteur en scène Mario Borges. Ce dernier indique que c’est une œuvre qui mène les spectateurs dans l’univers du rêve. « C’est aussi l’occasion pour Georges Boivin de faire un voyage intérieur », lance le metteur en scène. Une série de péripéties rebondissent dans le voyage des trois hommes âgés; l’auditoire s’amuse à les accompagner dans leur « road-trip ».

Le thème de la vieillesse n’en est pas nécessairement un qui est souvent abordé au théâtre. L’homme qui a perdu sa femme a du même coup perdu ses repères. Il se cherche, comme bien des personnes âgées qui perdent leur conjoint avec qui ils ont passé leur vie. La pièce est toutefois « extrêmement lumineuse et elle est porteuse d’espoir », révèle avec enthousiasme Mario Borges.

L’amitié entre hommes occupe également une part importante dans Chant de Georges Boivin. Pour le metteur en scène, ce n’est pas nécessairement rare que l’on traite ce sujet au théâtre, mais il est toutefois plus rare que l’amitié en hommes âgés soit jouée sur scène. « Ce sont des hommes d’âge mûr qui s’ouvrent l’un à l’autre. Ils échangent leurs craintes et leurs espoirs. C’est un lien très intime entre hommes dont il est question », exprime-t-il.

Pierre Collin, un acteur de haut niveau

Mario Borges se dit très heureux de travailler avec le grand comédien Pierre Collin. L’auteur de la pièce, Martin Bellemare, a écrit cette pièce alors qu’il était finissant à l’École nationale de théâtre du Canada. Il avait alors la contrainte d’écrire un monologue et c’est Pierre Collin qui en a fait la lecture publique. Pour M. Borges, le choix de cet acteur pour la mise en scène du Chant de Georges Boivin allait de soi. « C’est un homme qui a encore la soif de vivre et une lumière adolescente dans l’œil, n’en déplaise à ses 75 ans », livre-t-il.

Dans le respect du monologue écrit par Martin Bellemare, M. Collin est seul sur scène. C’est à travers ses yeux et ses émotions que les spectateurs peuvent ressentir et imaginer les trois comparses de Georges Boivin.

Quant à lui, Mario Borges roule sa bosse dans l’univers théâtral depuis longtemps. Il est directeur artistique de la compagnie de théâtre de création et de tournée Bluff, en plus d’enseigner l’art dramatique au Cégep de Saint-Hyacinthe. Il partage sa vie et son métier entre la mise en scène, l’enseignement et le jeu.

@D : Théâtre Mirella et Lino Saputo, Centre Leonard da Vinci 8350, boulevard Lacordaire, 1er décembre à 19 h.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!