C’est parti pour le projet de marché ambulant de la Concertation en sécurité alimentaire de Saint-Léonard. Depuis presque un mois, l’autobus réfrigéré sillonne les rues du quartier pour offrir des fruits et des légumes frais à petits prix.

Après une première tentative au printemps dernier, le marché ambulant avait dû faire une pause, le temps de revamper le véhicule qui sert à transporter les produits frais. Mais cette fois, les responsables espèrent que ce soit reparti pour de bon.

Chaque semaine, l’autobus s’arrête à quatre points de chute, soit la paroisse Saint-Léonard (5525, rue Jarry Est), les habitations Émilien-Gagnon (6150-6180, rue Jarry-Est) et Gérald-Poitras (6660-6680, boulevard Couture) ainsi que le secteur Viau-Robert.

« Les gens avaient eu un avant-goût du projet et ils nous attendaient », mentionne l’agent de développement et de mobilisation citoyenne de la Concertation en sécurité alimentaire, Pierre-Luc Lajoie.

Le marché ambulant s’adresse prioritairement aux personnes qui vivent dans des conditions de défavorisation économique et sociale.

M. Lajoie confie que d’autres points de chute sont à l’étude, dont un dit solidaire.

« Nous aimerions trouver un endroit plus central, où les gens qui sont moins dans le besoin pourraient venir acheter des produits frais à petits prix, mais par solidarité avec les moins nantis, ils pourraient faire un don », explique M. Lajoie.

Cette initiative découle d’une consultation qui s’est tenue en 2009. La Concertation en sécurité alimentaire de Saint-Léonard avait alors sondé les résidents du quartier pour savoir qu’elles étaient leurs principaux besoins en termes d’alimentation.

La responsable du projet, Manon Proulx indique que ce qui en est ressorti, c’est que dans le quartier, les produits étaient trop chers, pas toujours frais et trop loins.

« Le transport en commun à Saint-Léonard n’est pas toujours facile. Pour une personne âgée, devoir attendre l’autobus pour aller chercher des produits qui sont non seulement chers, mais pas toujours frais, ce n’est pas intéressant, dit Mme Proulx.

« Même chose pour une personne qui a besoin d’utiliser le transport adapté. Une visite à l’épicerie peut prendre plusieurs heures. La mission du marché c’est de donner accès à ces produits, non seulement physiquement, mais aussi économiquement. »

Entraide et solidarité

Pour les deux responsables du marché, ce projet comporte un lot d’avantage.
« C’est une initiative qui permet d’abord d’aider les gens, qui n’ont pas toujours les moyens, à avoir une alimentation plus saine. De plus, il y a la question de l’accessibilité. Nos points de chute sont directement là où les gens ont besoin de ces produits, soutient Mme Proulx.
« Nous on commence en encourageant les produits locaux, ensuite on va en Ontario, aux États-Unis et ensuite on pense à aller plus loin. C’est important d’encourager les agriculteurs de chez nous.»
D’autres activités seront organisées parallèlement à la venue du marché.« Nous allons faire des dégustations de certains aliments pour donner des idées aux gens. Aussi, s’il y en a qui ont des problématiques de santé, nous allons avoir une nutritionniste qui va venir avec nous, de temps en temps, dans l’autobus. Ils auront donc une ressource qui pourra répondre à leurs questions et les conseillers dans les choix d’aliments », indique-t-elle.
Elle ajoute que partout où il y a des personnes âgées, il devrait exister un tel projet.
« Ça permet de briser l’isolement, ça augmente la qualité de vie des personnes et ça permet de tisser des liens ».
« On voit que les gens nous attendent, ils amènent leur petite liste. Parfois, il y en a qui achètent quelques trucs pour leur voisin. Les gens embarquent dans le projet et c’est très positif pour nous », souligne M. Lajoie.
Actuellement, c’est surtout le bouche-à-oreille qui a permis de développer le projet.
« Les gens sont satisfaits et ils en parlent. On voit qu’il y a une progression », dit M. Lajoie.
Avec ce projet qui sera présent sur le territoire léonardois pour les prochains mois, le principal objectif que s’est fixé la Concertation, c’est de le rendre le plus viable possible afin qu’il devienne autosuffisant.

Pour en savoir plus sur le marché ambulant de la Concertation en sécurité alimentaire de Saint-Léonard, on compose le 514 568-7792.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!