pacophoto.ca La séance d’information et de consultation sur la demande d’extension de la cour de l’école primaire Alphonse-Pesant dans le parc Luigi-Pirandello a eu lieu le 12 novembre devant près de 160 citoyens qui résident aux alentours du parc.

La requête de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI) d’utiliser une partie du parc comme cour pour les élèves de l’école Alphonse-Pesant ne fait pas l’unanimité auprès des Léonardois. Près d’une centaine de citoyens, résidant dans le voisinage immédiat du parc Luigi-Pirandello, ont assisté à une consultation, le 12 novembre,

La soirée s’est déroulée dans le gymnase de l’école primaire concernée et a été divisée entre la présentation du projet et une période de commentaires et de questions.

Le directeur adjoint aux immobilisations de la CSPI, Charles Arciresi, a expliqué qu’à la suite des travaux d’agrandissement de l’école, la superficie de l’aire de récréation a été réduite de moitié, passant de 4470 m² à 2616 m².

Afin d’offrir aux élèves un espace de jeux raisonnable, la CSPI a demandé à l’arrondissement de Saint-Léonard l’autorisation d’installer une clôture de 1,5 mètres aux alentours du parc sur une portion de 1925 m².

L’usage des lieux serait exclusif aux écoliers d’Alphonse-Pensant, de 7 h à 17, les jours de la semaine, du 25 août au 23 juin. En dehors de ces plages horaires, le terrain sera accessible à tous.

Pour et contre

Lorsque la période allouée aux participants est arrivée, deux clans se sont rapidement créés.

D’un côté on retrouvait, entre autres, des citoyens parents de jeunes qui fréquentent l’établissement scolaire et qui souhaitent voir ce projet se réaliser. De l’autre, des Léonardois qui résident dans le quartier depuis de nombreuses années et qui veulent que le parc reste intact.

« Pourquoi n’avez-vous pas construit une cour d’école à la place de faire de nouvelles places de parking? Aussi, est-ce que tous les enfants qui fréquentent l’école sont du quartier », est venu demander un premier citoyen.

« Le parking c’est une demande de l’arrondissement. Pour chaque mètre carré d’agrandissement, il faut prévoir des places supplémentaires, a indiqué M. Arciresi. « Et oui, tous les enfants viennent du secteur. »

« C’est notre parc, on manque d’espace vert », a plaidé, une Léonardoise contre le projet.

Un autre citoyen est venu s’informer à savoir pourquoi la CSPI n’avait pas pensé à cette situation avant de réaliser le projet d’agrandissement.

M. Arciresi a mentionné que le scénario d’extension de la cour dans le parc avait été présenté à l’arrondissement dès le début des pourparlers pour l’agrandissement de l’école. Il a confié que la CSPI aurait reçu une approbation verbale pour la réalisation de cette initiative. Toutefois, l’administration locale serait revenue sur ses dires et aurait proposé la tenue d’une séance d’information et de consultation auprès des citoyens qui vivent à proximité du parc.

« Je sais que c’est leur parc [aux citoyens qui vivent aux alentours], mais les enfants en font partie aussi. Je ne vois pas pourquoi on peut être contre le fait de partager un petit espace et se casser la tête pour le bien des enfants », a fait valoir un autre citoyen.

Une dame a invité les participants à aller faire un tour autour de l’école durant les heures de récréation pour constater qu’ils sont consignés à un espace restreint.

Une surveillante de l’école, qui réside dans le quartier, a également témoigné de la difficulté de gestion et de réorganisation depuis la fin des travaux d’agrandissement.

Près d’un vingtaine de participants sont passés au micro pour questionner les responsables de la CSPI ainsi que l’administration locale représenté par seulement un conseiller, Dominic Perri, ainsi que le chef de division – relation avec les citoyens et communications, Richard Caron, étaient présents. M. Perri a tenté de répondre aux questions qu’à deux reprises, le reste de la séance, il s’est fait discret.

De la CSPI, le directeur de l’école primaire Alphonse-Pesant, Martin Roussel, le directeur du réseau des écoles d’Anjou et de Saint-Léonard, Martin Duquette et M. Arciresi ont eu à répondre à l’ensemble des questions.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!