pacophoto.ca Mehdi Said, Rosalie Katata et Ghizlane Kasmi ont une meilleure idée de leur choix de carrière maintenant qu’ils ont effectué un stage dans le domaine qui les intéresse. Ils entourent la conseillère en orientation de l’école Antoine-de-Saint-Exupéry, Anne-Sophie-Guay Racine.
Une journée dans la peau d’un architecte, d’une infirmière, d’un enseignant au primaire, c’est le genre de stage qu’offre Jeunes Explorateurs d’un jour aux élèves de 4e et 5e secondaire. Quatre élèves de l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry y ont participé.

Pas facile, à 15 ans, de se choisir un avenir! C’est pourtant ce que l’on demande aux élèves, dès le 4e secondaire. Rosalie Katata, une élève de l’institution léonardoise, se souvient de la rentrée scolaire : « Depuis le premier jour, les professeurs parlent de la fin de l’année, du cégep. Comment fait-on à 15, 16 ans pour savoir ce qu’on va faire à 40 ans? »

La conseillère en orientation de l’école, Anne-Sophie Guay-Racine, voit beaucoup d’élèves aux prises avec le vertige du choix de carrière. « Effectivement, ils ont de la pression : les examens du ministère, le cégep dans deux ans, les notes… Le bulletin de 4e secondaire compte dans le dossier d’admission au cégep. »

Mme Guay-Racine tente donc du mieux qu’elle peut de dédramatiser cette situation et d’accompagner les jeunes dans des choix au meilleur de leur connaissance. « Ce que je leur dis, c’est : « Tu vas prendre une décision en fonction des informations que tu as sur toi, à ton âge. C’est un premier pas, on s’engage dans une direction. Mais si tu te trompes, ce ne sera pas une perte de temps, parce que tu auras appris quelque chose sur toi. » »

Projetés dans le futur

La journée Jeunes Explorateurs d’un jour est un outil d’orientation que la conseillère a utilisé à plus d’une reprise. « Presque chaque fois, c’est un succès auprès des jeunes », constate-t-elle.

Rosalie Katata, Ghizlane Kasmi et Mehdi Said ont tous trois passé une journée avec un professionnel dans le métier qui les intéresse.

Pour Ghizlane, une journée en programmation informatique à la Ville de Montréal l’a aidée à faire un choix entre deux domaines qui l’appelaient. « J’hésitais entre devenir médecin et programmeur. Je pensais qu’un programmeur passait la journée devant un ordinateur. Mais j’ai changé ma perception! C’est beaucoup de travail d’équipe, tout le monde donne des idées et tente de trouver solutions. Ç’a confirmé mon choix de carrière », affirme la jeune fille.

Même son de cloche du côté de Mehdi, qui a passé la journée à l’aéroport de Saint-Hubert, à explorer les métiers aéronautiques. « Je ne sais pas exactement quel métier je veux faire, mais je sais que ce sera dans ce domaine », confirme-t-il. Pour lui, ce stage a été plus qu’une journée d’exploration, c’est maintenant une motivation. « Pour piloter un avion, il ne faut pas que savoir conduire, il faut des connaissances spécifiques sur plein de choses, comme la météo. Il faut prendre des décisions difficiles. » Loin de se décourager, le jeune homme est emballé par le défi. « Ça me donne un coup de pouce, je travaille plus fort maintenant. »

Quant à Rosalie, sa journée ne s’est pas terminée comme elle a commencé. À l’Université du Québec à Montréal, où elle explorait le métier d’orienteur, elle a plutôt retenu le travail d’une voisine de bureau, une psychoéducatrice. « Elle m’a expliqué son parcours et c’était vraiment intéressant. J’étais déjà intéressée par tout ce qui touche la psychologie et l’école. Maintenant je suis certaine de mon choix », explique-t-elle.

Un programme comme Jeunes Explorateurs d’un jour permet de vivre ce qui se passe sur le terrain, soutient leur conseillère en orientation. « Quand on explore les métiers, c’est très théorique, des tâches sur papier. Une journée d’exploration, c’est plus parlant. »

Il est possible de s’inscrire au programme jusqu’au niveau collégial.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!