Vous connaissez certainement l’expression « Une image vaut mille mots ». Tout au cours de votre vie, tout comme moi, vous avez sans doute expérimenté la joie d’admirer la photo d’un parent ou d’un ami parti s’installer ailleurs. Il avait beau vous écrire mille mots mais rien n’a jamais égalé la douceur de son regard sur la photo où il semble qu’il vous regarde. Même le téléphone ne remplaçait pas cette précieuse photo. 

La photographie, quelle merveilleuse invention du XIXe siècle! Tout au  long du XXe siècle que de minois  croqués sur le vif au cours de nos diverses rencontres intimes, familiales, amicales ou sociales. Il y a eu aussi les photos solennelles d’un photographe professionnel pour conserver à jamais le souvenir d’un événement spécial de la vie comme, par exemple, la photo de la 1re communion et celle du jour du mariage. Puis, au milieu de ce même XXe siècle, l’avènement de la télévision a graduellement transformé notre rapport à l’autre. Nos histoires de familles revêtaient des visages et les guerres de la terre n’étaient plus simplement évoquées par la parole sur les ondes de la radio, mais entraient tout de go dans nos demeures par l’entremise de l’écran de la Ti-Vi.

Maintenant, c’est l’ordinateur qui révolutionne notre univers, jour après jour, depuis les années 80-90. Comme cette technologie se diversifie et se spécialise constamment, les incidences de ses implications quotidiennes se multiplient et se raffinent sans cesse. Et les images nous envahissent toujours et de plus en plus.

Aujourd’hui, presque tout quidam a son iPhone. Du bout de l’index, l’univers peut venir à moi comme moi à lui. Je peux voir mon interlocuteur et son milieu de vie. Je peux lui rendre la réciproque. En train de causer tout en marchant, je peux montrer à mon interlocuteur l’ambiance du coin de rue d’où je lui parle. Du bout du doigt, illico, la rue Lacordaire est au bord de la mer à St-Jean de Terre-Neuve ou à Pékin! Du bout du doigt, mon amie de Carcassonne cause avec moi en personne dans mon salon. Des milliers d’images instantanées et diversifiées voyagent ainsi à travers notre planète sans égard à la distance du point de départ et ni, non plus, à celui de l’arrivée.

Dans ce nouvel univers numérique, il me semble que nous sommes tout à la fois les instigateurs et les cobayes d’une révolution en train de transformer en profondeur nos rapports personnels et notre présence sur cette planète qu’est notre mère Terre! À l’aube d’une transformation d’une telle envergure, il ne s’agit pas de bouder un tel apport novateur. Au début d’une nouvelle ère, soyons à l’écoute, observons les avancées d’une telle technologie pour demeurer conscients, responsables et actifs au cœur de notre évolution, dans cet océan d’images et de mots.

Si vous désirez surfer plus avant, vous pourriez prendre la chance d’aller rencontrer la pensée d’un grand scientifique et vulgarisateur de toute cette nouvelle technologie qui ne cesse de progresser. Chez Google, vous aurez le privilège de saisir la réflexion de Joël de Rosnay. Ce savant a étudié et fait des recherches pendant trois ans en biochimie et en informatique au Massachusetts Institut of Technologie.

Bonne rencontre!

Bonne découverte!

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!