Nancy Forlini et Nick Fiasche du groupe de courtage immobilier Re/max ne comprennent pas la décision des conseillers de l’arrondissement de reprendre le local laissé vacant par le déménagement de la cour municipale. Pour M. Fiasche, ils viennent de se faire couper l’herbe sous le pied.

« Le local était vide et le centre avait donné la chance à l’arrondissement de l’utiliser pour d’autre chose. Quand j’ai vu que personne n’était intéressé, j’ai fait une offre », dit-il.

Présent lors de la dernière séance du conseil, le 3 juillet, M. Fiasche a tenté d’obtenir des explications quant à la décision prise par les élus de Saint-Léonard, lors de la période de questions destinée aux citoyens.

« À la suite du mandat que le conseil m’a donné lors de la séance du 7 mai, j’ai regardé plusieurs alternatives et celles qu’on a retenu c’est de refuser la modification de zonage pour l’ajout de l’usage de service immobilier, de louer le local à l’arrondissement et le dernier point sera de modifier le règlement de zonage pour en retirer certains usages [commerciaux] », a expliqué le directeur de l’arrondissement, Gilles Rainville.

Le maire de Saint-Léonard, Michel Bissonnet a quant à lui indiqué que le conseil allait recommander au Comité consultatif d’urbanisme (CCU) que la zone soit exclusivement communautaire. Ceci permettra d’avoir une concordance entre le bail du centre Leonardo da Vinci et la zone sur laquelle il est situé.

« On aurait compris s’ils avaient dit non parce qu’ils allaient y mettre quelque chose de culturel », indique M. Fiasche. Il estime que l’arrondissement n’a respecté aucune des suggestions émises par les citoyens, lors de la soirée d’informations du 19 avril. « Le CCU a recommandé que notre demande soit refusée parce qu’ils disent que ça nuisait à la vocation culturelle du centre et maintenant on va y déménager les employés de la division de l’urbanisme », souligne-t-il en entrevue avec le Progrès Saint-Léonard.

Quant à Mme Forlini, elle a questionné les conseillers sur les raisons qui les ont poussés à vouloir déménager les employés alors qu’ils ont déjà des locaux. Elle a également insisté sur le fait, que des locaux sont vacants à la mairie de l’arrondissement et qu’ils auraient pu être comblés au lieu de prendre celui du centre Leonardo da Vinci.

M. Rainville a indiqué que le déménagement de la Cour de voirie a commencé à être discuté depuis peu et il impliquait le déménagement des employés de la division de l’urbanisme et de la section qualité du milieu. En faisant l’analyse des autres options pour le local du centre communautaire, l’arrondissement ne pouvait passer à côté de cette opportunité. Selon lui, ceci permettra aux citoyens d’avoir différents services à proximité puisqu’ils ne seront qu’à quelques pas de la mairie.

Le directeur de l’arrondissement a aussi assuré que ceci ne constituait pas une plus grande dépense puisque quelques économies seront réalisées notamment avec la coupure d’un poste de secrétaire.

Le bail entre l’arrondissement et le centre communautaire a été signé pour neuf ans pour un montant de 1 045 064 $ (taxes incluses). Les employés de la division de l’urbanisme et de la section de la qualité du milieu devraient déménager dans leurs nouveaux locaux au mois de septembre.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!