(Photo Archives) Massimo Pacetti

Le député de Saint-Léonard – Saint-Michel, Massimo Pacetti a réagi par voie de communiqué, le mercredi 5 novembre, en fin de journée, à la suite de la décision du chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, de le retirer du caucus. Une enquête a été demandée en lien avec des allégations d’harcèlement sexuel.

Rappelons que ces allégations d’harcèlement sexuel proviendraient de deux députées du Nouveau parti démocratique (NPD).

« À 9 h 30, ce matin, j’ai été informé par Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada, que j’étais suspendu du caucus, suite à des allégations de « faute personnelle » portées contre moi.

À date, on ne m’a pas fourni les détails spécifiques des allégations qui ont conduit à cette suspension. Le président de la Chambre des communes, Andrew Scheer, avec qui j’ai l’intention de coopérer pleinement, a été mandaté pour mener une enquête indépendante, laquelle, j’en suis certain, m’exonérera. 

Jusqu’à ce que preuve soit faite, je siégerai comme député indépendant à la Chambre des communes et continuerai à représenter les citoyens de ma circonscription de Saint-Léonard – Saint-Michel, lesquels j’ai représentés avec intégrité et dévouement depuis mai 2002. »

Le chef du PLC aurait été informé de ces allégations le 28 octobre dernier et demandé « immédiatement » à la whip de la formation politique, Judy Foote, de communiquer avec les députés et de suivre la procédure pour mener une enquête.

Aucune accusation n’a encore été portée.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!