Archives TC Media À Saint-Léonard, c'est dans le parc Wilfrid-Bastien que la scène culturelle permanente prendra place.

Pour son 375e anniversaire, la Ville de Montréal voit les choses en grand. Elle a accepté de co-financer deux scènes culturelles en plein-air, l’une dans Saint-Léonard et l’autre dans Anjou, dans le cadre du programme triennal d’immobilisation 2015-2017. Quelques minutes en voiture seulement séparent les deux sites.

À Saint-Léonard, c’est dans le parc Wilfrid-Bastien que la scène culturelle permanente prendra place.

Le projet de 1,5 M$, dont 1 M$ proviendra de la Ville et 500 000 $ par l’arrondissement, a été retenu par le Comité exécutif de la Ville de Montréal, dans le cadre des legs pour le 375e anniversaire de la métropole.

La scène permanente de 2000 places pourra accueillir des spectacles à petit et grand déploiement. En cas d’intempéries, les spectateurs pourront prendre place sous une extension recouverte d’un toit. Le projet prévoit aussi que cette section se transforme en piste de danse extérieure.

Du côté d’Anjou, on parle d’un projet de 2,5 M$. On ignore pour l’instant l’échéancier précis du projet, mais on sait toutefois que le théâtre sera construit près de la mairie d’arrondissement, tout comme à Saint-Léonard.

Chaque arrondissement était invité à soumettre un seul et unique projet d’immobilisation, et devra le réaliser à temps pour le lancement des festivités du 375e de Montréal.

Malgré la proximité des lieux de construction, la Ville croit fermement en l’utilité des deux théâtres extérieurs.

«Les projets retenus peuvent être similaires d’un arrondissement à un autre, mais desservir des populations locales différentes sur le territoire», souligne Renée Pageau, porte-parole de la Ville de Montréal.

La Ville précise également que le projet est «un leg symbolique, rassembleur et durable», et que le budget de fonctionnement devra être assumé par les arrondissements.

Des travaux en 2016
L’arrondissement prévoit amorcer les travaux à l’été 2016, pour qu’ils soient complétés en décembre de la même année.

Même si elle a une bonne idée du plan général, l’arrondissement confirme qu’aucune ébauche précise n’a encore été réalisée.

«Le concept d’aménagement de la scène sera réalisé au cours de l’été et de l’automne 2015, avec la collaboration de professionnels embauchés par l’arrondissement, mentionne Julie Blais, chargée de communications à Saint-Léonard. Ensuite, des plans et devis seront conçus au cours de l’hiver 2016.»

Mme Blais souligne d’ailleurs que l’arrondissement présente déjà des spectacles en plein air au parc Wilfrid-Bastien tous les étés.

«Pour ce faire, une scène mobile est installée la journée du spectacle et démontée le lendemain. Cet équipement arrive cependant à la fin de sa vie utile. L’idée est donc de construire une scène permanente en remplacement de cette scène mobile afin de bonifier l’offre de service dans le parc et de contribuer positivement aux festivités du 375e anniversaire de Montréal», affirme-t-elle.

Trop de théâtres?
Il y a longtemps que Saint-Léonard souhaite améliorer son offre culturelle, étant en dessous de la moyenne comparativement aux autres arrondissements en ce qui concerne ses équipements culturels, selon des études menées à la Ville-centre.

À ce sujet, il y a quelques semaines, le Progrès annonçait d’ailleurs que l’arrondissement souhaitait passer à l’acte en rénovant la bibliothèque, en plus de potentiellement construire une nouvelle salle de spectacle, sur le même terrain que la mairie, située tout juste devant le parc Wilfrid-Bastien.

Encore à l’étude pour l’instant, ce projet, s’il devait se concrétiser, ferait donc en sorte que le nouveau théâtre et la scène culturelle extérieure seraient situés à quelques mètres seulement de distance. Il suffirait de traverser le boulevard Lacordaire pour passer de l’un à l’autre.

Avec la scène culturelle extérieure d’Anjou, il y aurait donc à trois théâtres, dans un rayon restreint.

Questionnée à ce sujet, l’arrondissement n’y voit pas de problème.

«Bien qu’il s’agisse de deux lieux de diffusion culturelle semblables, la scène permanente extérieure et la salle de spectacle prévue ne répondent pas aux mêmes besoins. Ils sont plutôt complémentaires», estime Julie Blais.

L’arrondissement ajoute que dans sa politique culturelle, la Ville de Montréal favorise la culture de proximité afin que celle-ci soit accessible au plus grand nombre de citoyens possible, «car la qualité de vie passe par la culture».

«Bien souvent, les seuls services culturels de proximité et accessibles sont offerts par les équipements culturels municipaux des arrondissements et ceci est particulièrement vrai dans l’est de Montréal. La scène permanente prévue au parc Wilfrid-Bastien répondra donc à ce besoin de proximité», conclut la chargée de communications.

– Avec la collaboration de Nathalie Simon-Clerc

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!