André Desroches/TC Media Le pont Claude-Brunet est fermé depuis août 2014.

Une erreur majeure dans la réfection du pont piétonnier Claude-Brunet, qui fait face à l’Institut Douglas à Verdun, est la cause du long retard dans la reprise des travaux. Il en coûtera 40 000$ supplémentaires à la Ville de Montréal pour résoudre le problème.

Selon des documents de la Ville, il a été constaté en juillet 2014 que les poutres ne reposaient plus sur leurs assises à la suite de la coulée de la dalle. Les travaux ont donc été interrompus.

La Ville n’est pas en mesure de savoir pour l’instant si les problèmes sont survenus à l’étape de la conception des plans ou à celle de la réalisation des travaux. Le contrat au Groupe Roche, responsable du projet, a tout de même été reconduit. La firme doit donc retourner à la table à dessins et revoir les plans et devis.

Plusieurs ajustements nécessaires
Ce n’est pas la première fois que des fonds additionnels sont accordés à Roche dans le cadre de ce projet. En mai 2010, Montréal a autorisé une dépense supplémentaire de 11 000$ pour la réalisation d’analyses plus détaillées durant l’élaboration des plans.

Le même scénario s’est répété en mars 2012, nécessitant cette fois un investissement de près de 40 000$. Au total, les extras en services professionnels ont atteint plus de 90 000$ pour ce projet de 4,5 M$.

«En plus de la recherche de solutions techniques au problème actuel, la firme a dû déployer plus d’effectifs et de temps pour bien évaluer et calculer le concept du nouveau pont. En cours de mandat, des analyses plus détaillées des fondations et des études géotechniques du sol ont été requises », explique Philippe Sabourin, relationniste à la Ville de Montréal.

Ce dernier a expliqué à TC Media que ce genre d’ajustement des budgets n’est pas un fait inusité. «Il arrive que les sommes estimées pour concevoir des plans et devis d’ouvrages complexes soient insuffisantes. À chaque fois, les représentants de la Ville exercent une surveillance de ces dépenses et assurent le bien-fondé des montants additionnels demandés.»

Dix mois de retard
Les travaux ont déjà plus de 10 mois de retard. Entamés à l’été 2014, ils devaient être d’une durée maximale de 140 jours pour être complétés en octobre.

En plus de résoudre la problématique des poutres, les ouvriers doivent encore procéder à l’installation d’une membrane d’étanchéité et à l’asphaltage de la structure.

Le chantier reprendra dès que les modifications aux plans et devis seront complétées. « Difficile de dire si ce sera à court ou à moyen terme, indique M. Sabourin. Mais tous les intervenants sont conscients de l’importance d’exécuter ces travaux le plus rapidement possible, sans compromettre la qualité des travaux.»

Notons que le pont Claude-Brunet, qui sert de passerelle piétonne et cyclable entre le boulevard De la Vérendrye et le boulevard Champlain, était considéré dans un état de détérioration avancée lors des dernières inspections en 2012. Il fait partie des 22 pires structures de la Ville.

La firme Roche n’a pas retourné les appels de TC Media.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!