Photo: TC Media - Isabelle Bergeron Roxanne Couture, la résidente à l'origine du projet de jardin communautaire en libre-service.

Au Jardin Olier, dans Griffintown, les citoyens n’ont pas à se gêner. Ils peuvent récolter librement fruits, légumes et fines herbes. En échange de ce qu’ils cueillent, ils sont tout simplement invités à participer à l’entretien du potager.

«C’est le premier jardin communautaire en libre-service à voir le jour dans les quartiers Griffintown et La Petite-Bourgogne», indique Laura Lopez de l’Éco-quartier Sud-Ouest, coordonnatrice des projets dans ces deux secteurs.

Aménagé à la mi-juillet dans le parc situé à l’angle des rues Olier et Du Séminaire, le jardin a commencé à donner des framboises, fraises, cerises de terre, piments, tomates cerises et chou frisé (kale). Les résidents peuvent aussi y cueillir des fines herbes, incluant menthe, basilic, ciboulette et persil.

Améliorer le quartier
Roxanne Couture, la résidente de Griffintown à l’origine du projet, a lancé l’idée il y a un an. Des citoyens s’étaient réunis pour parler d’initiatives susceptibles d’améliorer le quartier. «Il n’y avait pas de jardin dans Griffintown. Il y a beaucoup de condos mais pas beaucoup d’espaces verts», constate la jeune femme.

L’arrondissement du Sud-Ouest a donné le feu vert au projet. Il a fourni les quatre grands bacs en béton utilisé pour les cultures ainsi que la terre et le compost. Grâce à un don de la Fondation TD des amis de l’environnement, l’éco-quartier a pu acheter les plants et du matériel pour l’entretien du jardin.

«La culture se fait sans engrais chimiques. Nous avons une approche la plus biologique possible, signale Roxanne Couture. J’ai toujours été assez écologique dans ma façon de vivre.»

Lieu de socialisation
L’objectif est aussi de créer un endroit où les citoyens peuvent se rencontrer.

«C’est un lieu pour socialiser. On se visite entre voisins d’un même édifice, observe Mme Couture, mais le but est que les résidents de différents immeubles se côtoient.»

C’est aussi ce qui motive Simon-Alexandre Rivière, qui participe à l’entretien du jardin. «J’aime Griffintown et c’est important pour moi d’encourager tout ce qui donne une valeur ajouté au quartier, et permet à ses résidents de se rencontrer et tisser des liens pour former une communauté», confie-t-il.

«Le jardin est également un lieu d’éducation», note Laura Lopez, qui animera des ateliers portant, entre autres, sur l’entretien d’un potager et les propriétés nutritives des fines herbes.

Le principe du libre-service pourrait faire craindre des abus de la part de citoyens trop gourmands ou des actes de vandalisme. «En trois semaines il ne s’est rien passé de catastrophique, se réjouit Roxanne Couture. Il faut faire confiance aux gens.»

On trouve dans l’arrondissement un autre jardin en libre-service. Il est situé dans la partie piétonnisée de la rue De Biencourt, dans Émard. «Il compte une douzaine de bacs, dont un dans lequel on fait pousser des « curiosités », telles des graines de sésame», précise Serge Quenneville, coordonnateur de l’éco-quartier pour le secteur Saint-Paul–Émard.

On peut suivre les activités du Jardin Olier sur sa page Facebook (facebook.com/jardinolier/).

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!