Archives Métro Dans les plans originaux du projet, la dalle-parc devait créer un lien cycliste et piéton entre Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de Grâce, la cour Turcot et le quartier Émard.

Lors du dévoilement du projet de l’échangeur Turcot en 2010, l’aménagement d’une dalle-parc visant à permettre les déplacements à pied et à vélo était prévu. Sept ans plus tard, sa construction ne figure plus dans les plans, ce qui pousse le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE) à lancer une campagne de mobilisation pour la promotion de son retour.

La campagne a été lancée mardi matin à la Maison du développement durable dans le Quartier des Spectacles. Le CRE y a  annoncé qu’il s’était associé à de nombreux organismes, dont l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME), Piétons Québec, Vélo Québec et la Fondation David Suzuki.

Pour ces groupes, le projet aux coûts initialement estimés à moins de 40 M$ serait «un investissement très modeste pour les bénéfices qu’on pourra en retirer», a laissé savoir le vice-président de Vélo Québec, Jean-François Pronovost.

Dans les plans originaux du projet, la dalle-parc devait créer un lien cycliste et piéton entre Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de Grâce, la cour Turcot et le quartier Émard. Sans elle, les secteurs environnants ne sont pas connectés par une piste cyclable, mais bien séparés par des barrières urbaines, ce qui complique les transports actifs, une situation que déplorent le CRE et ses partenaires.

À ce sujet, le ministère des Transports du Québec (MTQ) indiquait l’année dernière à TC Media que l’idée avait été laissée de côté en raison du coût et du défi technique qu’elle représentait.

«Le gouvernement provincial a mis des piétons sur ses images concept pour aider à vendre le projet, mais maintenant, il a tout oublié. Il envoie le message que s’occuper des piétons et cyclistes est facultatif», a critiqué Jeanne Robin, porte-parole de Piétons Québec.

Trois étapes

La campagne de mobilisation lancée par le CRE comporte trois volets. Le premier est la création d’une pétition en ligne pour faire valoir sa cause auprès du ministère des Transports du Québec. L’objectif est de recueillir 3000 signatures d’ici le 15 mai.

Le deuxième volet reposera sur l’activité Dessine-moi un parc qui invite, dès maintenant, des enfants montréalais à imaginer comment l’espace vert de la dalle-parc pourrait être occupé. Les images seront partagées sur le site web de la campagne. «On pense qu’on peut changer des choses par l’imaginaire. Même les enfants comprennent qu’on ne peut pas créer des infrastructures 100% routières sans tenir compte des cyclistes et piétons», a commenté Félix Gravel, du CRE.

À la fin avril, un rassemblement festif dans lequel sera organisée une marche entre les quartiers concernés aura finalement lieu. «Elle permettra de faire ressortir la non-convivialité ainsi que la dangerosité de l’aménagement actuel du secteur», a dit le CRE par voie de communiqué.

Ces initiatives ont été appuyées par le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, et le conseiller de ville, Craig Sauvé, tous deux présents lors du lancement de la campagne.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!