TC Media | Justine Gravel Charles Pearo, citoyen de la Petite-Bourgogne, présente des images afin de démontrer l'impact que la bâtisse de six étages aurait sur l'ensoleillement du voisinage.

L’ensoleillement et les espaces de stationnement inquiètent toujours les résidents du Sud-Ouest voisins d’un futur immeuble à logements de six étages sur la rue Dominion. Malgré des modifications, les nouveaux plans sont loin de faire l’unanimité.

Après une décision de la Cour supérieure et plusieurs demandes de modifications de l’arrondissement, le promoteur immobilier Mondev a présenté lors de la consultation publique du 28 juin, une nouvelle version du projet de 63 appartements à l’intersection de la rue Duvernay.

Les changements sont loin de satisfaire les membres de Village Stelco, une association de résidents dont l’objectif est de préserver le patrimoine des anciennes usines Stelco. Pour éviter d’ombrager les habitations du voisinage qui ont de trois à quatre étages, ils souhaitent que les trois paliers supérieurs de la nouvelle construction soient réduits.

«Après le jugement, Mondev s’était engagé à reculer les étages quatre, cinq et six afin de permettre un meilleur ensoleillement, mais ça n’a pas été respecté, s’insurge Allison Turner, résidente de la rue Duvernay. Si ça reste tel que présenté, nous n’aurons tout simplement plus de lumière naturelle dans nos appartements.»

L’architecte du projet, Éric Huot, prétend pour sa part que l’engagement de Mondev a été respecté puisque l’immeuble complet a été reculé de 7,5 mètres de sa position initiale.

Stationnement
Les espaces de stationnement prévus dans les plans sont aussi loin d’être suffisants.

«C’est déjà difficile de se garer, il faut régler le problème avant de construire 63 nouveaux logements», mentionne Charles Pearo, qui habite aussi la rue Duvernay.

Bien que le garage souterrain ait été agrandi dans la version modifiée, ce n’est pas assez pour répondre aux besoins des résidents actuels ou futurs selon lui.

Jugement
Village Stelco ainsi que Mondev se sont tous deux adressés aux tribunaux. Chacun contestait à sa façon la validité du règlement municipal datant de 1987, exigeant des immeubles de six étages sur le site de l’ancienne aciérie.

En décembre, la Cour supérieure a statué que ce texte prime sur l’actuel règlement d’urbanisme pour cette portion du territoire. Par ailleurs, le juge a déterminé qu’il revient à l’arrondissement d’approuver la délivrance d’un permis de construction.

À la suite de ce jugement, les élus ont refusé le projet et ont demandé à Mondev de retourner à la table à dessin. Le conseil a exigé que l’ensoleillement soit préservé tout comme les arbres, en plus d’améliorer l’apparence de la bâtisse pour qu’elle s’harmonise au reste du quartier.

«Nous avons pris l’engagement de vous consulter avant de prendre notre décision plutôt que de vous imposer notre décision, même si nous n’étions pas obligés de le faire légalement», a mentionné le maire, Benoit Dorais, lors de la consultation.

Le conseil d’arrondissement se penchera sur les nouveaux plans d’ici les prochaines semaines.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!