(Photo: TC Media - Josie Desmarais) Patricia Viannay animait le rassemblement festif en fredonnant des slogans anti-gentrification.

Une centaine de résidents de Saint-Henri et des alentours se sont réunis, mardi soir, pour revendiquer la mise en réserve de l’ancienne usine de la Canada Malting. Ils ont profité de la tenue du conseil d’arrondissement pour manifester leurs intentions aux élus devant la mairie.

Le collectif «À nous la Malting» travaille depuis février 2017 à la présentation d’un projet 100 % communautaire sur le site de l’ancienne usine de maltage, abandonnée depuis 1989. Logements sociaux, jardins collectifs, commerces et services abordables sont prévus dans ce plan qui nécessiterait un budget approximatif de 50 M$.

«La Ville centre nous a mentionné que si l’arrondissement le demandait, ils étudieraient le projet, a affirmé Patricia Viannay, porte-parole du Collectif. Donc, ce qu’on souhaite, c’est que les élus déposent une motion afin de prouver leur soutien.»

Le Collectif désire que la Ville de Montréal procède à l’achat du site, évalué à 10 M$, afin qu’il soit mis en réserve. Cela leur permettrait d’aller chercher du financement supplémentaire auprès des deux autres paliers gouvernementaux.

Depuis quelques mois, les membres font des démarches auprès des députés provincial et fédéral du Sud-Ouest, Dominique Anglade et Marc Miller, afin d’obtenir du financement. Cependant, comme le projet est encore embryonnaire, les élus ne sont pas prêt à investir pour le moment.

Construite en 1905, l’ancienne usine de la Canada Malting a fermé ses portes en 1980. Le bâtiment, au coin des rues Saint-Ambroise et Saint-Rémi, a par la suite été vendu à un grossiste de grains, Steve Quon, qui en est toujours propriétaire.

Motion
Hier, le maire Benoit Dorais a réitéré son soutien au projet, en se disant prêt à présenter une motion, un texte soumis à une assemblée pour exprimer son opinion.

«Toutefois, une motion ne permettra pas d’atteindre l’objectif de la mise en réserve, a mentionné M. Dorais. L’important est qu’un sommaire décisionnel soit fait par la Ville de Montréal et c’est là-dessus que les conseillers municipaux peuvent voter.»

Malgré son appui, il a toutefois quelques réserves quant aux coûts faramineux qu’engendreraient la décontamination, la rénovation et la conservation des aspects patrimoniaux du bâtiment. À cet effet, il a commandé, en décembre dernier, un rapport indépendant sur l’état du bâtiment.

Les résultats seront présentés au collectif «À nous la Malting» à l’occasion d’une rencontre formelle avec les élus, prévue ce jeudi. Ce rendez-vous permettra de planifier la suite des actions.

Historique:
– En 2013, un promoteur immobilier désirait transformer l’ancienne usine de la Canada Malting en 700 condos;
– Des difficultés reliées au zonage et une forte mobilisation citoyenne ont freiné le projet;
– L’idée d’un projet communautaire a germé dans la tête de plusieurs résidents du coin qui redoutaient l’embourgeoisement du dernier quartier encore abordable, selon eux;
– En février 2017, le collectif «À nous la Malting» est né et des démarches auprès d’un comité de développement ont été faites afin de présenter un plan structuré;
– Pour les élus de l’arrondissement, il est totalement exclu de transformer ce site en condos.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!