(Photo: TC Media - Justine Gravel) Le design des mobiliers a été réalisé par INÉDI, un centre collégial spécialisé en design industriel, localisé à Terrebonne sur la Rive-Nord de Montréal.

Les frênes abattus en raison de l’agrile, ce ravageur insecte coléoptère, ont repris vie sous la forme de modules de jeu pour enfants installés dans les ruelles vertes de Montréal, dont une située dans le quartier Ville-Émard.

Depuis la fin juillet, un tunnel et un jeu de poche, fabriqués à partir de la partie encore saine des arbres abattus en 2016, meublent la ruelle située entre les rues Hurteau et Springland.

«Retourner les arbres à la communauté, c’est l’objectif qu’on s’est donné», souligne Ronald Jean-Gilles, directeur général de Bois Public.

Cet organisme du Mile-Ex spécialisé dans la transformation des arbres publics en mobiliers urbains s’est allié avec le Regroupement des éco-quartiers (REQ) afin de mettre sur pied ce premier projet d’économie circulaire sur l’Île de Montréal. Il s’agit d’un concept visant à réduire la consommation et le gaspillage de matières non-renouvelables.

«Nous avons récupéré une ressource qui aurait été transformée en objet de moindre valeur, comme du paillis par exemple, et nous l’avons transformée en mobilier permettant aux enfants d’être plus actifs», explique Simon Octeau, directeur adjoint au REQ, qui regroupe 20 éco-quartiers montréalais.

Cette transformation a été réalisée par des jeunes âgés entre 16 et 30 ans de l’entreprise en insertion au travail, Les ateliers d’Antoine, située au cœur d’Hochelaga-Maisonneuve. Celle-ci vient en aide aux jeunes en difficulté, avec ou sans diplôme d’études secondaires, avec peu ou pas d’expérience sur le marché de l’emploi, en les formant aux métiers de l’ébénisterie.

«C’est un projet qui est à la fois social, environnemental et économique», ajoute M. Octeau.

Au terme d’un concours lancé au printemps, dix mobiliers ont été livrés aux cinq comités citoyens gagnants, dans le Sud-Ouest, Rosemont-La Petite-Patrie et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, le 28 juillet.

Photo: Justine Gravel

Ce sont dorénavant les résidents qui sont responsables de leur entretien et de leur entreposage durant la saison froide.

Parcours
La construction de ces nouveaux modules de jeu en bois de frêne constitue une suite au projet lancé par le REQ en 2016, «Parcours verts et actifs». Ces mobiliers visent à animer ces quatre parcours d’environ cinq kilomètres chacun sillonnant les ruelles du coin afin de développer les déplacements actifs chez les jeunes du quartier. Ils sont d’ailleurs installés à proximité du parcours de Ville-Émard, qui va de l’est du boulevard Monk jusqu’à l’ouest et qui traverse sept ruelles vertes.

«C’était un projet pilote et comme la réponse a été très positive, nous voulons maintenant en faire d’autres», mentionne M. Octeau.

Parallèlement au projet de mobiliers urbains, le REQ prévoit aussi produire deux guides. L’un d’eux portera sur l’implantation de ruelles vertes et l’autre sur l’aménagement de ruelles actives et sécuritaires.

L’idée est de former les citoyens à créer leurs propres ruelles vertes en s’inspirant des bonnes pratiques, afin que ce type d’aménagement soit encore plus présent sur le territoire montréalais.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!