(Photo: Gracieuseté – Norman Cornett) Les résidents sont invités à échanger leurs perceptions sur l'art contemporain avec le professeur Norman Cornett qui œuvre également à titre de critique d'art.

Réalisant que l’art contemporain était une véritable énigme pour ses étudiants, le professeur Norman Cornett a eu envie de le démystifier pour le grand public par le biais d’ateliers axés sur les échanges collectifs. Les 10 et 17 octobre, l’exposition de l’artiste François Morelli fera l’objet d’une de ces rencontres dialogiques ouvertes au grand public au 1700 La Poste sur la rue Notre-Dame Ouest.

L’artiste pluridisciplinaire qui vit et travaille à Montréal présente ses œuvres jusqu’au 17 décembre dans ce lieu complètement revampé consacré aux arts visuels. Les rencontres dialogiques du professeur Cornett seront l’occasion de mieux comprendre la signification des pièces créées par M. Morelli.

«Je suis conscient que l’art contemporain et son langage peuvent être hermétiques, les gens ont un certain malaise vis-à-vis ce type d’art puisque selon eux c’est réservé à l’élite et aux initiés alors que c’est destiné à tout le monde», mentionne Norman Cornett.

M. Morelli transforme le banal en esthétique en donnant une seconde vie aux objets que l’on croit réserver à une seule utilité et c’est ce que le professeur Cornett souhaite faire découvrir aux résidents du quartier.

Une fois que les participants auront contemplé les œuvres, ils seront invités à s’interroger sur le message qu’elles véhiculent en échangeant leurs perceptions, entre eux et avec François Morelli qui sera présent à l’atelier du 17 octobre.

«Ce sera un tête-à-tête avec l’un des plus grands artistes du Canada, la rencontre de son imaginaire avec celui de l’auditoire», précise le professeur.

Méthode non usuelle
Pour le professeur originaire du Texas, il n’y a qu’une seule mauvaise question et c’est celle qu’on ne pose pas. Son enseignement se base sur ce principe opérateur guidant les ateliers qu’il présente depuis plus de 30 ans.

«Je souhaite créer un environnement non menaçant afin que monsieur et madame Tout-le-monde n’aient pas peur de se lancer, de poser des questions et de partager son point de vue et ses commentaires», renchérit M. Cornett.

Celui qui a enseigné à la faculté d’études religieuses de l’Université McGill pendant près de 15 ans est un adepte de techniques sortant du contexte traditionnel. Il a laissé tomber les examens et les travaux, qui imposaient un stress énorme à ses élèves, pour leur apprendre à poser les bonnes questions.

Maintenant, il agit à titre de professeur invité dans plusieurs établissements universitaires, où les étudiants apprennent par le biais de cette méthode non usuelle.

Son enseignement a d’ailleurs fait l’objet d’un documentaire de la réalisatrice autochtone Alanis Obomsawin portant sur ce qui qualifie un bon professeur. François Morelli avait participé au film avec M. Cornett et a apprécié la méthode au point de vouloir l’appliquer à sa propre exposition.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!