Photo: TC Media – Patrick Sicotte La murale a été créée en concertation avec 25 résidents de la Petite-Bourgogne. Elle se situe au coin des rues Chatam et Saint-Jacques.

Fruit d’une consultation citoyenne, la nouvelle murale «Communauté en action» embellie maintenant la façade de la coopérative d’habitation Kamouraska sur la rue Saint-Jacques.

Une vingtaine de résidents de la Petite-Bourgogne ont participé au processus créatif qui s’est échelonné sur trois rencontres en mai et en juin. Ils devaient imaginer une murale à l’image du quartier, du passé jusqu’au présent, qui a par la suite été peinte par les artistes Jasmin Guérard-Alie et Simon Bachand, du collectif Art du commun.

«Selon moi, ce qui représente le mieux le quartier où j’ai grandi c’est le NCC [Negro Community Center], une maison de jeunes qui n’existe plus maintenant, mais où j’allais toujours dans le temps», raconte Willy Rosario, un résident de la coopérative qui a participé aux consultations. Le bâtiment, détruit en 2014, occupe une place de choix sur l’œuvre d’art urbaine, ayant été évoqué à maintes reprises par les participants.

Pour Rosemary Segee, la présidente du conseil d’administration de la coopérative de 48 logements, c’était primordial qu’un train figure sur la murale. «Quand j’étais petite, ici, c’était un chemin de fer qui passait», raconte la dame en faisant référence au trottoir de la rue Saint-Jacques.

(Photo: Patrick Sicotte)

De retour dans le quartier après plusieurs années à Toronto, Mme Segee a réalisé que la Petite-Bourgogne de son enfance n’était plus la même. Maintenant, elle est particulièrement heureuse d’avoir un souvenir des lieux qu’elle a connus sur la façade de son logis. Cette dernière tenait aussi à ce que la musique jazz et des enfants qui jouent soient mis à l’avant-plan.

«Nous étions toujours un petit groupe d’enfants à jouer dans le parc juste derrière cette coopérative», raconte-t-elle.

Projet
En rassemblant toutes les idées lancées par les résidents et les membres de la Coalition de la Petite-Bourgogne, l’organisme qui a lancé le projet, les deux artistes ont conçu une première esquisse, qui a par la suite été bonifiée par les participants jusqu’à en arriver à une entente commune.

«En réalité, nous n’avons que reproduit ce que les citoyens voulaient», mentionne humblement l’un des artistes, Jasmin Guérard-Alie. La murale est effectivement identique à l’ébauche finale présentée en juin dernier.

Photo: Patrick Sicotte

L’artiste Jasmin Guérard-Alie                                            Photo: Patrick Sicotte

Les deux hommes n’en sont pas à leur première œuvre dans le quartier, étant auteurs de trois autres murales sur le Sentier de la Bourgogne, un chemin piétonnier reliant les stations de métro Lionel-Groulx et Georges-Vanier. Il s’agit toutefois de la plus imposante des quatre, avec ses 200 m2.

«Nous tenions absolument à s’allier avec eux pour ce projet qui nous tenait particulièrement à cœur en raison de toute la médiation culturelle qui s’est faite autour», relate Valérie Richard, de la Coalition de la Petite-Bourgogne.

Cette murale, officiellement inauguré la semaine dernière, s’est concrétisée grâce au financement du programme d’art mural de la Ville de Montréal qui vise à embellir l’espace public montréalais.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!