À la rue depuis deux mois à la suite de l’incendie qui a ravagé son logement de la rue Saint-Ferdinand, Sylvain Bégin a maintenant un endroit où dormir. Mais la générosité de la communauté de Saint-Henri ne s’arrête pas là, plusieurs résidents lui ayant offert de la nourriture, des vêtements et des couvertures.

Il y a une semaine, Nacadie Belliveau, qui avait appris sa situation sur les réseaux sociaux, a fait la connaissance de Sylvain à la station de métro Place Saint-Henri, où il quête tous les jours.

«Je ne peux plus travailler depuis plusieurs années, j’ai un pacemaker (stimulateur cardiaque) et je suis aussi atteint du VIH. Le feu, c’était vraiment la cerise sur le sundae», mentionne ce natif du quartier, accompagné de son chien, un dogue de Bordeaux nommé Magnum.

Spontanément, elle lui a offert un toit, ayant une chambre libre dans son appartement de la rue Beaudoin. «La seule condition c’était que Magnum s’entende bien avec son chat», explique Sylvain.

Il compte y rester aussi longtemps qu’elle le voudra. «Comme Mme Belliveau a récemment perdu son conjoint, je crois que ça lui fait du bien d’avoir de la compagnie. On peut se parler pendant des heures. On s’aide mutuellement», ajoute l’homme de 51 ans.

(Photo: Patrick Sicotte)

Ses anges
Sylvain a vu pratiquement tout ce qu’il possédait être réduit en cendres lorsque l’immeuble de six appartements a été incendié en raison d’un chaudron d’huile laissé sur le feu par un des locataires.

Se loger à moindre coût est ardu dans le quartier, particulièrement avec un compagnon à quatre pattes. «Il était hors de question que je me sépare de Magnum. Sans lui, je n’aurais plus de raison de m’attacher à la vie», souligne-t-il, déplorant que plusieurs endroits interdisent les chiens.

Après les événements, il a donc dû dormir près de l’école secondaire Saint-Henri. C’est à ce moment qu’il a sombré dans la drogue. «Plus rien ne m’intéressait, je commençais vraiment à prendre le beat de l’itinérance. Puis, je me suis dit que je devais arrêter. Je ne pouvais pas dépenser le peu d’argent que j’avais là-dedans et je devais rester lucide si je voulais m’en sortir», raconte-t-il.

Il a reçu l’aide de plusieurs personnes rencontrées au métro de la rue Saint-Jacques. «Sylvain c’est la rockstar du métro. Il parle et est gentil avec tout le monde. Quand on a su ce qui était arrivé, on a tout de suite voulu faire notre part», explique Diane Gervais, qui a d’ailleurs payé la licence de son chien.

(Photo: Patrick Sicotte)

Ceux qu’il appelle ses anges lui ont fourni tout ce dont il avait besoin pour surmonter cette période difficile de sa vie et cette générosité à son égard ne cesse de croître. Depuis que Sylvain a emménagé chez elle, Mme Belliveau a reçu plus de 200 messages Facebook de gens lui demandant comment ils pouvaient aider.

«Ça m’a redonné espoir en l’humanité. Il y a un très beau message à retenir», dit-elle.

Il espère que l’arrivée de la nouvelle mairesse Valérie Plante aura un impact positif sur le logement social dans le Sud-Ouest. Selon Sylvain, personne n’est à l’abri de l’itinérance.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!