(Photo: Gracieuseté - NRZ) La murale a été réalisée pendant les heures de classe, histoire que les enfants puissent voir l'artiste à l'œuvre.

Pour terminer en beauté le projet de réfection de la cour débutée au printemps 2016, des parents de l’école Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours ont proposé qu’une murale soit réalisée. Le projet récemment concrétisé, les enfants ont maintenant une vue sur une véritable œuvre d’art créée par l’artiste Monk.e, du collectif A’shop, plutôt que sur des graffitis.

Étant une source de créativité infinie selon Monk.e, les élèves ont contribué à l’élaboration de la murale peinte sur la façade séparant l’école primaire de la rue Beaulieu et un immeuble à logement. De la cour d’école, ils ont pu observer l’artiste au travail et suivre toutes les étapes de la confection de cette imposante œuvre de 150 m2.

«Les enfants ont une ouverture d’esprit et une curiosité naturelle, qui se perd avec le temps. Quand on commence à avoir plus de responsabilités, notre esprit cartésien prend le dessus. Je les vois comme des professeurs plutôt que comme des élèves», explique l’artiste, qui n’en est pas à son premier projet dans un établissement scolaire.

(Photo: NRZ)

Ce sont d’ailleurs les enfants qui ont suggéré que la murale représente une forêt mystérieuse et un ciel de nuit. À partir de ces thèmes, Monk.e a élaboré un dessin représentant un désert, un immense livre, une montagne et une forêt entourée d’étoiles et de poissons dansants, avec comme personnage principal un rusé renard jouant le rôle d’enseignant.

«J’ai essayé de prendre tous les éléments que les enfants tenaient absolument à voir au mur tout en racontant une histoire en lien avec l’éducation», précise le muraliste.

Activités parallèles
Entamé il y a un an, le projet a été fait en concertation avec le conseil d’établissement (CE), la direction et le conseil des étudiants, formé d’environ huit jeunes de la 3e à la 6e année. Ensemble, ils ont sélectionné l’ébauche finale après s’être fait présenter six croquis potentiels.

Mais, tous les élèves de l’école primaire de Ville-Émard ont appris à travers ce projet artistique. «Plusieurs activités ont été organisées autour de ça dans les cours d’art plastique. Les enfants du service de garde ont même dessiné des éléments de la murale avec de la craie dans la cour d’école», souligne la directrice Josée Rougeau.

(Photo: NDPS)

En plus des nombreuses rencontres avec l’artiste, les élèves ont, entre autres, expérimenté l’art urbain en confectionnant des mini-murales sur des planches de bois.

Ils ont pu exposer leurs œuvres lors de l’inauguration à la fin octobre, qui rassemblait de nombreux parents, des enseignants et des représentants de la Ville de Montréal comme le projet était financé par le programme municipal d’art mural.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!