Petit, Vincent Daoust se plaisait à transformer n’importe quel objet trouvé dans le bac à recyclage en véritable œuvre d’art. Maintenant âgé de 35 ans, ce résident de Ville-Émard exposera sa plus récente collection au Salon des artisans récupérateurs (SAR).

«J’ai toujours vu les objets autrement que par leur usage principal. Je ne vois pas nécessairement à quoi ils servent, mais plutôt comment je pourrais les transformer», raconte le père de deux enfants.

Dans la cour arrière de sa maison de la rue Hamilton, on trouve notamment des oiseaux faits de vieilles bonbonnes de propane et des arbres créés à partir de tôle et de barres d’acier d’armature.

«C’est assez incroyable la quantité de déchets que l’on peut trouver dans un conteneur» – Vincent Daoust, artisan récupérateur

Travaillant dans le domaine de la construction, il ramasse tous les matériaux qui sont jetés afin de les ramener dans ce qu’il appelle sa cour à scrap, que ce soit de vieux boulons, des tiges de métal ou des planches de bois. Il s’amuse aussi à sillonner les rues du quartier les jours de collecte de déchets afin de diversifier le contenu de son petit entrepôt.

«Je n’achète jamais de matériel. Quand je vais chercher de vieilles bonbonnes de propane dans une compagnie qui les récupère, les gens se demandent pourquoi j’en ai besoin, ils pensent que je veux faire une bombe», rigole-t-il.

Salon des artisans
Après avoir remporté deux années d’affilée le prix «Artiste coup de cœur», Vincent Daoust exposera ses créations pour une 3e fois au Salon des artisans récupérateurs, qui se déroulera à la Maison du développement durable le premier week-end de décembre. Cela faisait cinq ans qu’il n’avait pas fait acte de présence à ce grand marché de Noël écoresponsable rassemblant une cinquantaine d’artisans.

«J’ai été très occupé à rénover ma maison dans les dernières années en plus d’avoir eu deux petits garçons entre-temps. Maintenant, j’ai assez de matériel pour y retourner», explique-t-il.

Il présentera une variété d’objets comme des sculptures d’oiseaux, sa marque de commerce, mais aussi des petits objets ludiques comme des aimants pour le réfrigérateur.

Autres projets
Considérant l’art comme un simple hobby pour le moment, Vincent Daoust souhaite y consacrer de plus en plus de temps au cours des prochaines années.
«Je suis toujours ouvert à de nouveaux projets. J’aimerais notamment faire des sculptures pour des parcs ou encore faire une grande exposition à la maison de la culture Marie-Uguay. Ce serait un beau défi», souligne l’artisan qui a déjà fait une exposition intime dans sa cour arrière avec l’éco-quartier du Sud-Ouest ainsi que quelques-unes à Venise-en-Québec.

Il a déjà plusieurs réalisations à son actif, s’étant vu confier des mandats par la TOHU, le Musée de l’environnement à la Biosphère et la mairie du Sud-Ouest en plus d’avoir collaboré à un projet artistique avec le conteur Fred Pellerin pour la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton.

Le Salon des artisans récupérateurs d’ENvironnement JEUnesse aura lieu du 1er au 3 décembre à la Maison du développement durable au 50, rue Saint-Catherine Ouest.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!