(Photo: TC Media - Archives)

Les trois écoles publiques du Sud-Ouest arrivent en queue de peloton du plus récent palmarès des écoles secondaires du Québec, réalisé par l’Institut Fraser. L’école Honoré-Mercier, dans Ville-Émard, est la mieux classée du lot, avec sa 397e position sur 455 alors que les institutions Saint-Henri et James Lyng se retrouvent respectivement aux 440e et 431e rangs.

Pour calculer la cote sur 10 de chacune des écoles, le classement s’appuie principalement sur les résultats obtenus par les élèves de 4e et 5e secondaire lors des épreuves provinciales dans les matières de base.

S’ajoute à l’équation le taux d’échec, la surestimation des résultats par l’établissement scolaire, l’écart des notes entre les deux sexes et la probabilité que les élèves accusent un retard dans leur programme d’étude.

«Chaque année, ce sont les mêmes critères. C’est sûr qu’au fil des ans le bulletin se bonifie au niveau des indicateurs. Mais, depuis l’an dernier, rien n’a changé», souligne Yanick Labrie, chercheur associé à l’Institut Fraser.

Ce ne sont pas que les critères qui sont demeurés stables, mais aussi le rang des écoles de l’arrondissement. Au cours des cinq dernières années, la cote globale est restée sensiblement identique. Celle de 4/10 de l’école Honoré-Mercier est la meilleure des trois.

Facteurs atténuants
Divers facteurs indirects peuvent expliquer les faibles résultats obtenus par les établissements scolaires de l’arrondissement, notamment l’absence, l’immigration, les maladies et les décès.

Ces aspects ne sont toutefois pas pris en considération dans l’étude. «Ce serait impossible à calculer», ajoute celui qui a coécrit le Bulletin pour les élèves au Québec. De plus, selon M. Labrie, il n’y a pas lieu de croire que ces facteurs indirects influencent davantage les résultats d’une institution scolaire que ceux d’une autre.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) n’a pas voulu commenter la situation des deux établissements qui sont de son ressort. Selon le responsable des relations de presse, André Perron, leur vision ne concorde pas avec le fait de comparer les écoles entre elles, car chacune a une situation différente.

«Le palmarès des écoles secondaires du Québec est un exercice dangereux qui, sous le couvert de l’information neutre, génère un débat inéquitable et faussé», peut-on lire sur le site Internet de la CSDM.

La direction de l’école anglophone James Lyng n’a, quant à elle, pas répondu aux demandes d’entrevue de TC Media.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!