(Photo: Gracieuseté) La ruelle Le Ber de 900 m2 sera entièrement transformée dans les trois prochaines années pour accueillir le projet-pilote Ruelles bleues-vertes.

L’artère longeant le Bâtiment 7 dans Pointe-Saint-Charles sera transformé d’ici trois ans en ruelle bleue-verte, une première sur le territoire montréalais. Il s’agit d’un système novateur qui consiste à détourner les eaux pluviales des égouts afin de diminuer le déversement des eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

L’idée principale du projet-pilote Ruelles bleues-vertes est de débrancher les drains des toitures afin de diriger l’eau de pluie vers un système de drainage aménagé dans la ruelle Le Ber. Concrètement, cette méthode permettrait de détourner des égouts municipaux une quantité d’eau équivalente à 2,5 piscines olympiques par an, qui serait par la suite utilisée à des fins plus écologiques.

«Tout reste à concevoir avec les citoyens, mais nous prévoyons filtrer l’eau ou l’utiliser pour arroser les plantes ou pour nettoyer, par exemple. Bref, tout ce qu’on fait déjà avec de l’eau potable, mais qu’on ne devrait pas faire», souligne Pascale Rouillée, directrice de l’aménagement chez Vinci Consultants, l’entreprise de Pointe-Saint-Charles porteuse du projet.

Le Collectif 7 à nous, la Société d’habitation populaire de l’est de Montréal (SHAPEM) et le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM) encadrent aussi le projet. Ensemble, ils forment l’Alliance Ruelles bleues-vertes.

Espace vert
Non seulement le projet aura un effet bénéfique sur l’environnement selon Mme Rouillée, mais il améliorera l’espace de vie des résidents. «Ce sera des aménagements verts permanents, ce qui aidera à contrer les îlots de chaleur», mentionne-t-elle. Près de 7500 végétaux seront plantés dans la ruelle qui sera faite de pavé alvéolé et bordée de rigoles végétalisées et d’un ruisseau.

Des ateliers de plantation seront aussi organisés ponctuellement. «L’idée est d’impliquer les citoyens dans le projet», ajoute Mme Rouillée.

C’est d’ailleurs pour l’engouement des résidents et des organismes communautaires du coin que les membres de Vinci Consultants ont souhaité entreprendre le projet à Pointe-Saint-Charles.

Dans les prochains mois, l’équipe se consacrera à une étude de faisabilité puis organisera des ateliers de sensibilisations avec les résidents du quartier. Puis, s’en suivra la conception des plans et des consultations publiques pour les bonifier. Les aménagements permanents sont prévus pour 2019.

Historique
Le projet, présenté jeudi lors du colloque La viabilité économique de nos collectivités par l’aménagement durable du territoire, a commencé en 2008, alors que la firme avait été mandatée par le Service de l’eau de la Ville de Montréal.

Leur objectif était de déterminer si le fait de détourner l’eau pluviale du système de canalisation municipal aiderait à régler les problèmes de surverses.
«Les résultats obtenus étaient prometteurs. Toutefois, on ne savait pas quoi faire de toute l’eau qu’on récolterait», se souvient Mme Rouillée.

Suivant le regain de popularité pour les ruelles vertes à Montréal, l’équipe a donc eu l’idée de combiner les deux projets pour n’en faire qu’un seul.

Vinci Consultants a commencé à chercher des sites potentiels pour accueillir le projet-pilote et des organismes qui voudraient se joindre à sa mise en œuvre.

La ruelle entre le Bâtiment 7 et le futur projet immobilier convenait parfaitement en raison de la grande surface des toits et l’intérêt exprimé par les membres du Collectif 7 à nous. Le Sud-Ouest est l’un des deux arrondissements participants, avec Hochelaga-Maisonneuve.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!