(Photo: TC Media - Justine Gravel) La CSDM est en attente d'une réponse du ministère de l'Éducation pour l'ajout de six nouvelles classes à l'école primaire de la Petite-Bourgogne, qui dessert également les enfants de Griffintown.

Nouvelle école, agrandissement et rénovations des établissements déjà en place, la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, a plusieurs projets en tête pour l’arrondissement du Sud-Ouest.

Q:La CSDM souhaite qu’une école primaire publique soit construite dans Griffintown. Où en est rendu le dossier?
R:Cet automne, nous avons fait la demande de financement pour acquérir de nouveaux terrains, puisque celui que nous avons est trop petit pour accueillir une école. La réponse du ministère de l’Éducation risque d’arriver en juin. Jusqu’à présent, le gouvernement préfère que la Ville de Montréal nous en cède un gratuitement. Le problème est que la valeur des terrains est extrêmement élevée à Griffintown, donc nous souhaitons que Québec revoie sa manière de faire. Une rencontre avec les citoyens sera organisée bientôt pour déterminer les endroits potentiels, mais c’est très embryonnaire puisque nous ne savons même pas si nous pourrons avoir de l’argent.

Est-ce un besoin réel?
Pas dans l’immédiat, mais selon nos statistiques, dans cinq ans, il y aura beaucoup d’enfants dans ce secteur. Il faut toutefois justifier le besoin d’une nouvelle école au gouvernement qui ne prend pas en considération les enfants à naître ni ceux issus de l’immigration. Or, dans Griffintown et la Petite-Bourgogne, il y a de gros projets immobiliers en cours et de plus en plus d’immigrants. Nous essayons donc de faire voir ce côté de la médaille au gouvernement.

En 2015, la demande d’agrandissement de l’école primaire de la Petite-Bourgogne avait été refusée. Croyez-vous que cette année sera la bonne?
Nous avons demandé cet automne d’ajouter six classes et nous aurons la réponse dans quelques mois. Onze projets d’agrandissement ont été déposés et habituellement cinq ou six sont acceptés par le ministère de l’Éducation. Nous espérons que ce projet particulier soit accepté considérant le besoin criant de nouvelles classes à la CSDM et l’afflux d’immigrants dans le secteur.

Comment comptez-vous justement intégrer les personnes issues de l’immigration dans le système scolaire montréalais?
La CSDM compte 40 classes d’accueil, dont plusieurs dans le Sud-Ouest. Au primaire, les élèves passent environ un an dans ces classes afin d’apprendre le français et bien s’intégrer. Tout type de statuts confondus, la CSDM a accueilli plus de 500 nouveaux élèves issus de l’immigration cette année, en plus de ceux qui étaient déjà inscrits en tant que nouveaux arrivants.

Allez-vous rénover des écoles?
Chaque année, nous déposons des demandes. En 2017, c’est le gymnase de l’école Saint-Jean-de-Matha dans Ville-Émard qui a été accepté. Nous sommes présentement à regarder les plans. Bientôt la communauté sera consultée afin de déterminer si le projet est en harmonie avec les volontés et les besoins du milieu. La construction devrait débuter l’an prochain, mais je préfère ne pas avancer de date à cause des imprévus. La cour de l’école Marie-de-l’Incarnation, dans Côte-Saint-Paul, figure également dans les plans cette année.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!