(Photo: Gracieuseté – Association sportive des aveugles du Québec) Le goalball a fait son entrée aux Jeux paralympiques en 1976.

Le Complexe récréatif Gadbois, dans Côte-Saint-Paul, accueillait le week-end dernier la 18e édition du tournoi de goalball, un sport spécifiquement conçu pour les personnes ayant une déficience visuelle et qui se joue dans le silence le plus complet. Au terme de cette compétition qui rassemblait 14 clubs nord-américains, l’équipe masculine du Québec a terminé en 5e place.

Selon l’entraineur-chef, Nathalie Séguin, le fait d’avoir offert du temps de jeu aux joueurs moins expérimentés explique ce classement. «On a un bon mélange de vétérans et de recrues, alors on essaie de bâtir notre équipe à long terme et assurer la relève en donnant du temps de jeu à nos recrues», dit-elle.

L’idée était de préparer l’équipe, formée de six joueurs, dont le Dorvalois et membre de l’équipe canadienne Bruno Haché, en vue des championnats canadiens.

C’est l’équipe de l’Alberta qui a raflé les grands honneurs alors que du côté féminin, Team USA est reparti avec l’or. Aucune équipe féminine québécoise ne participait à l’événement sportif.

Joué en gymnase, le goalball consiste à faire rouler ou rebondir un ballon de caoutchouc contenant des clochettes, qui permettent de le localiser, afin de le faire pénétrer dans le but adverse. Les attaquants utilisent leurs mains tandis qu’à la défense, toutes les parties du corps sont admises pour intercepter le ballon.

Afin d’égaliser les chances entre les concurrents, malvoyants à différents niveaux, tous les joueurs devaient être munis d’un bandeau sur les yeux. Aux Jeux paralympiques, les joueurs sont divisés en différentes catégories relativement à l’importance de leur déficience visuelle.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!