(Photo: TC Media - Isabelle Bergeron) Laurent Lussier, qui réside dans Pointe-Saint-Charles depuis 15 ans, a procédé au lancement de son tout premier roman, Un mal terrible se prépare, le 6 février.

Depuis la lecture de son premier roman, Croc-Blanc de Jack London, alors qu’il était en deuxième année, Laurent Lussier a toujours su qu’il deviendrait auteur. Maintenant âgé de 36 ans, ce résident de Pointe-Saint-Charles lance son tout premier livre intitulé Un mal terrible se prépare, qui pousse à la réflexion à travers des rencontres entre des hommes et des animaux.

Ce père de deux jeunes enfants a toujours baigné dans l’univers littéraire. Sa femme étant auteure de bande dessinée, il l’a accompagnée dans différents projets d’écriture, mais ce roman de 240 pages est définitivement le plus important. Il a commencé à le pondre en 2010, s’inspirant à la fois des Fables de la Fontaine, de romans d’aventures et de romans policiers en lien avec l’environnement.

«J’ai travaillé dessus pendant cinq ans. Il a changé de formule plusieurs fois. Je me suis fait une routine et je m’engageais à faire un chapitre par semaine. Je devais le présenter à mon groupe d’amis au comité de lecture, ça me mettait donc la pression d’écrire», dit celui qui détient une formation en urbanisme et qui continuait à exercer ses activités professionnelles parallèlement.

Un mal terrible se prépare présente l’histoire d’un campeur qui découvre une chauve-souris atteinte d’une mystérieuse maladie. Il se joint donc à un organisme bénévole pour tenter d’en trouver la source. À travers ses différentes rencontres, que ce soit avec des bénévoles, un docteur ou un biologiste, le personnage principal tirera des leçons de vie.

«J’avais envie de créer quelque chose avec des petits conseils moraux et avec des animaux, d’où l’inspiration des Fables de la Fontaine. Il fallait aussi que ça se déroule dans un milieu réaliste», ajoute M. Lussier.

La banlieue de Saint-Jérôme est le lieu qu’il a choisi. «J’ai toujours été fasciné par ces endroits qu’on oublie, qu’on ne penserait pas voir dans un livre, dit-il. Il y a des chalets, des terres agricoles, des usines, un ramassis d’un peu de tout».

Photo: TC Media – Isabelle Bergeron

Surprise
Cela faisait trois ans que Laurent Lussier avait fait le deuil de son premier roman, après avoir tenté sa chance auprès de sept maisons d’édition. Puis, contre toute attente, il a finalement reçu un coup de téléphone des éditions La Mèche, une division de La courte échelle, l’année dernière.

«J’étais très surpris, avoue-t-il. Mon livre était resté dans une boîte pendant trois ans et il y a eu un changement d’éditeur. Il a vu mon livre et était intéressé à le publier».

M. Lussier a donc mis de côté le nouveau projet littéraire sur lequel il avait commencé à travailler et s’est replongé tête première dans l’édition de son premier roman, qui est en vente depuis mardi dans les librairies des quatre coins de la province.

Maintenant qu’il a franchi cette étape, le résident du Sud-Ouest a déjà entamé l’écriture de son prochain livre, qui ne sera toutefois pas une suite du premier. Il compte rester dans un style littéraire similaire, où la réflexion est aussi importante que les événements qui s’y passent.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!