(Photo: Gracieuseté - Devimco) Étalée sur les deux tours du projet MaryRobert, la murale s'étendra sur près de 5 000 m2, ce qui équivaut approximativement à la superficie d'un terrain de football américain.

Quatre artistes montréalais tenteront d’être choisis pour réaliser une murale de 62 mètres de hauteur sur le futur immeuble à condos MaryRobert dans Griffintown. Un comité de sélection composé d’experts en architecture, en immobilier et en design déterminera qui de Nicolas Baier, René Derouin, le duo Doyon-Rivest et Pascale Girardin aura l’occasion d’embellir le bâtiment de 23 étages, bientôt érigé à l’entrée du quartier.

Les muralistes sont appelés à concevoir une œuvre inspirée des nations fondatrices à la croisée des rues Peel et Wellington. «On veut que ça représente soit les Amérindiens, les Français, les Anglais, les Irlandais ou les Écossais, tous ceux qui ont contribué à faire le Montréal qu’on connaît aujourd’hui», explique Patrick Blanchette, architecte chez Devimco Immobilier, la firme derrière le projet de condominiums.

Il s’agit du thème qui a été suggéré aux quatre participants, mais M. Blanchette précise qu’ils sont libres de l’exploiter à leur manière, que ce soit au sens littéral ou figuré.

«L’oeuvre sera visible à partir du pont Champlain, mais aussi du Mont-Royal. Ce sera une partie prenante du skyline montréalais», renchérit-il. Les coûts s’y rattachant seront entièrement assumés par Devimco Immobilier.

La murale sera réalisée en verre sérigraphié, un matériau sur lequel a été appliqué, à l’aide d’un écran textile, un enduit de céramique coloré afin de reproduire un motif. Les artistes ont d’ailleurs été spécialement sélectionnés pour leur capacité à travailler avec ce médium.

Critères
Pour déterminer le grand gagnant, le jury privilégiera l’audace, la créativité et l’innovation. «Ce sont des critères qui décrivent bien notre parcours professionnel depuis nos débuts en 2005», soutient M. Blanchette, qui fera partie des juges.

L’œuvre devra aussi être conçue pour défier le temps, comme elle sera incorporée dans l’immeuble. «Il y a une certaine responsabilité sociale à respecter puisque c’est un projet résidentiel. Les gens vont la voir tous les jours, ils doivent être confortables avec ce qui sera représenté. Ce ne doit pas être trop engageant», ajoute l’architecte.

L’artiste gagnant sera dévoilé à la fin mai, après que le comité technique ait statué sur la faisabilité de chaque projet. L’inauguration officielle de l’œuvre urbaine se fera en 2020, au même moment que celle de l’immeuble de 500 condos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!