(Photo: Métro Média - Isabelle Bergeron) Le retour de Vincent Nadon est prévu pour le 27 juillet à Montréal.

Un résident de Ville-Émard traversa le Canada sur son vélo au profit de la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire chronique du système digestif dont il est lui-même touché. Vincent Nadon a quitté la capitale de la Colombie-Britannique, Victoria, le 27 juin et reviendra en sol montréalais 30 jours plus tard, pour un total de 5600 km.

C’est en 2014 que le cycliste aguerri a découvert une véritable passion pour le vélo. «J’étais en Belgique à ce moment. Là-bas, c’est vraiment imbriqué dans leur culture. C’est l’équivalent du hockey au Canada», explique le jeune homme de trente ans.

Un an plus tard, il apprenait qu’il était atteint de la maladie de Crohn. Au départ, ses maux de ventre l’ont poussé à ralentir le vélo, mais grâce aux traitements adéquats, il a pu reprendre la route, en participant notamment au Tour des Flandres cyclosportif en 2016. D’une distance de 230 km, il s’agissait de sa première grande épreuve.

«Juste le fait d’être traité m’a aidé énormément à reprendre l’exercice physique. Mais, cette maladie est pleine de surprises. On prend de la médication pendant un temps, ensuite elle ne fonctionne plus et on doit essayer autre chose. Encore aujourd’hui, c’est incurable», déplore Vincent Nadon.

C’est donc pour sensibiliser la population à cette maladie chronique et récolter des fonds pour la recherche d’un traitement curatif qu’il entreprend ce périple à travers le pays. Il souhaite amasser un montant de 5000$, soit près de 1$ par kilomètre parcouru. L’entièreté de la somme sera remise à Crohn et Colite Canada, un organisme dont la mission est d’investir dans la recherche sur les maladies inflammatoires.

Défi personnel
Cette traversée signifie beaucoup pour le résident du Sud-Ouest. «Je le fais pour moi en premier, dit-il. Avec toutes les surprises causées par ma maladie, je me suis dit que c’était le temps de faire mes folies, au cas où je ne pourrais éventuellement plus le faire. Ce voyage va aussi m’aider à lâcher prise.»

Le fait de ne faire qu’un avec la nature lui permettra de diminuer le stress causé par sa routine chargée, étant étudiant au doctorat en génie mécanique à l’École de technologie supérieure (ÉTS).

«Juste le fait d’être dans les rocheuses et d’admirer les paysages qui m’entourent va me permettre de relaxer et d’arrêter de penser à plein de choses en même temps, renchérit celui qui passera entre autres par Nanaimo, Revelstoke, Banff et Thunder Bay. Je crois que ça pourra même aider mon état de santé.»

Le stress est effectivement néfaste pour les personnes atteintes de la maladie de Crohn, puisqu’il provoque des poussées inflammatoires et amplifie certaines phases critiques.

Préparation
Comme il s’agit de la plus longue distance qu’il parcourra en un seul voyage, Vincent Nadon s’est préparé rigoureusement en vue de ce défi, en jonglant avec de longues distances les week-ends et des entraînements intenses en semaine. L’avenue Clarke à Westmount et la voie Camilien-Houde sur le mont Royal étaient ses deux endroits de prédilection en raison de leurs dénivelés importants.

Il appréhende toutefois l’imposante charge de 10 kg qu’il portera sur ses deux roues. «J’aurai des sacs de bikepacking, un sac à dos et 4 litres d’eau avec moi, en plus de ma nourriture et mon équipement de camping», énumère-t-il.

L’aventurier campera pendant une partie de son périple, mais bénéficiera également des services de WarmShowers, un réseau où les voyageurs à vélo peuvent s’entraider en offrant un endroit où dormir gratuitement.

Pour contribuer à la cause, c’est ici.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!