(Photo: La Voix Pop - Justine Gravel) Un investissement de 1,1 M$ de Québec permettra aux 34 employés du CSAI de mieux remplir leur mission auprès des immigrants.

Le quart de la population du Sud-Ouest de Montréal, incluant Verdun et Lachine, est issue de l’immigration. Afin d’aider les personnes immigrantes et les réfugiés à mieux s’intégrer, le Centre social d’aide aux immigrants (CSAI), établi dans Côte-Saint-Paul, a reçu un soutien financier de 1,1 M$ du gouvernement du Québec.

Ce sont plus de 1600 personnes qui bénéficient des services de l’organisme situé sur la rue Laurendeau. «C’est la cible officielle, mais en réalité on dépasse largement ce nombre parce que les besoins sont grands», soutient la directrice générale du CSAI, Lida Aghasi.

Le centre offre une diversité de services, notamment des cours de français, des ateliers sur l’emploi ou des activités socioculturelles. Le financement de Québec lui permettra de poursuivre sa mission, mais également d’embaucher un intervenant communautaire interculturel pour offrir de l’accompagnement adapté à cette clientèle aux besoins particuliers.

«Nous voulons aussi créer davantage de partenariats avec les autres organismes du quartier», précise la directrice générale.

Le CSAI est déjà partenaire de Station Familles, situé juste à côté, où se trouve un service de halte-garderie gratuit aux participants des cours de français. Des activités culturelles sont également organisées avec les aînés de l’ACHIM, sur la rue de Biencourt.

«Si on ne travaille pas de concert avec les autres organismes présents sur le terrain dans le développement de nos projets et de nos programmes, ce sera un investissement perdu», conclut Mme Aghasi.

Nécessité
Investir davantage dans l’intégration des immigrants est fondamental selon la vice-première ministre, ministre de l’Économie et députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Dominique Anglade.

«C’est important que ces personnes travaillent et continuent à contribuer à l’essor économique et social de notre province, notamment pour combler les besoins importants que nous aurons en matière de main-d’œuvre», indique-t-elle, en marge d’une conférence de presse annonçant l’investissement du gouvernement, mercredi.

Quelque 1,3 million d’emplois seront créés d’ici les 10 prochaines années et ils «ne seront pas seulement comblés par la population locale d’aujourd’hui, mais aussi par des gens qui viennent de l’extérieur», précise Mme Anglade.
Étant elle-même issue d’une famille immigrante, la députée sait que s’intégrer dans un nouveau milieu est difficile pour les nouveaux arrivants.

Lida Aghasi abonde en ce sens. «Dans certains quartiers, comme à Saint-Laurent où le nombre d’immigrants est tellement grand, il y a beaucoup de ressources et d’entraide. Dans d’autres quartiers, comme ici, il faut travailler pour créer cette ambiance d’accueil. L’immigration n’est pas seulement le cas d’organismes qui desservent les immigrants, c’est le cas de tout le monde», soutient-elle.

Si, selon Mme Aghasi, le plus gros défi auquel font face ces personnes à leur arrivée au Québec est l’emploi, ils doivent avant tout se sentir confortables dans leur nouveau chez soi. «Si tu as un travail, mais que tu te sens misérable dans ta communauté, tu n’es pas plus avancé», souligne-t-elle.

Le CSAI s’implique depuis plus de 70 ans à la cause de l’immigration, mais s’est établi dans le Sud-Ouest seulement en 2006 dans le but de répondre aux besoins de ce territoire. À cette époque, peu de services de proximité étaient disponibles. Depuis 2011, l’organisme détient également un point de service à Verdun.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!