Photo: Gracieuseté - Héritage Montréal) Les trois guides présenteront différents secteurs clés de la Petite-Bourgogne, notamment l'ancien Square Richmond, maintenant le parc Jessie-Maxwell-Smith, si le temps le permet.

Les citoyens du Sud-Ouest auront l’occasion d’en savoir plus sur le patrimoine urbain de la Petite-Bourgogne à l’occasion des visites ArchitecTours organisées par Héritage Montréal. Daniel-Joseph Chapdelaine, un résident de Saint-Henri agissant comme bénévole pour l’organisme, leur fera découvrir les bijoux architecturaux qui forment le quartier.

S’il habite depuis peu le Sud-Ouest, M. Chapdelaine est un passionné d’histoire et d’architecture et c’est pourquoi il guide de nombreux groupes de marcheurs dans l’arrondissement depuis 2004. Il sera accompagné d’un résident de Pointe-Saint-Charles, David Plamondon, et d’une candidate à la maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal, Véronika Brandl-Mouton.

«La Petite-Bourgogne a une histoire particulière, raconte l’urbaniste de profession. Les deux tiers du quartier ont été détruits dans les années 1970. Le maire Jean Drapeau a rasé de vieux appartements qu’il considérait comme des taudis pour construire des maisons en rangées».

Une grande lutte citoyenne a toutefois permis de sauver quelques maisons patrimoniales, que l’on retrouve principalement sur les rues Coursol et Quesnel. «Ce sont selon moi les plus belles rues du quartier, indique M. Chapdelaine, qui consacrera une partie de la visite à ce secteur. On y retrouve d’ailleurs l’appartement du défunt écrivain Réjean Ducharme».

La visite s’arrêtera également aux Îlots Saint-Martin, des immeubles de quelque 300 logements sociaux. «Au centre, on retrouve encore une douzaine de maisons de l’époque. Les principaux protagonistes de la lutte citoyenne y habitaient», précise le guide.

Bâtiments patrimoniaux
M. Chapdelaine souhaite mettre de l’avant les bâtiments patrimoniaux du quartier, notamment l’ancienne église anglicane et l’église des Saints-Martyrs-Coréens, auparavant appelée Sainte-Cunégonde.

Le centre culturel Georges-Vanier sera aussi un arrêt clé de la visite. Si M. Chapdelaine compte présenter les détails architecturaux du bâtiment qui a jadis servi de poste de police, de caserne de pompier, de bureau de poste et d’hôtel de ville, il présentera également son histoire.

«Ce bâtiment a causé la faillite de la Ville Sainte-Cunégonde (ancienne Petite-Bourgogne). La mauvaise gestion des finances publiques a forcé sa fusion avec la Ville de Montréal, alors qu’auparavant c’était une ville indépendante», déclare-t-il.

De nombreux autres arrêts sont prévus dans les visites d’une durée de 2h, comme le village Stelco, l’édifice Dineen, les terrasses Malden et la résidence de l’ancien gouverneur de la Barbade sur la rue Saint-Antoine.

Les visites auront lieu les samedis 18 août et 15 septembre à 14h. Départ au métro Georges-Vanier. Entre 12$ et 17$.

Vous pouvez vous inscrire ici

***À noter que les visites en français sont complètes pour le 18 août.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!